Et le pire est sans doute à venir – Les clubs anglais en déficit de près de 700 millions
Publié

Et le pire est sans doute à venirLes clubs anglais en déficit de près de 700 millions

Le cabinet spécialisé Vysyble a publié une étude traitant de la saison 2018/2019. Et la situation financière des clubs anglais n'est pas aussi reluisante qu'on pourrait le croire.

Everton a récemment publié une perte de 111 millions de livres (134 millions de francs) pour le dernier exercice.

Everton a récemment publié une perte de 111 millions de livres (134 millions de francs) pour le dernier exercice.

AFP

Le déficit cumulé des clubs de la Premier League anglaise, le championnat de foot le plus puissant du monde financièrement parlant, a atteint 600 millions de livres (674 millions d'euros) la saison dernière, selon une étude publiée mardi par le cabinet spécialisé Vysyble.

Les 20 clubs de l'élite ont pourtant enregistré un chiffre d'affaires cumulé record de 5,15 milliards de livres (5,78 milliards d'euros) sur la saison 2018/2019. Mais le pire est sans doute à venir pour les clubs anglais qui vont être durement touchés par la crise liée à l'épidémie de Covid-19, même s'ils arrivent à terminer leur saison. Ils devront par exemple rembourser 330 millions de livres (370 millions d'euros) aux détenteurs des droits de diffusion en raison du retard pris dans la saison.

«L'épidémie de Covid-19 n'est pas la cause du marasme»

Les pertes de recettes «jour de match» – billetterie, loges – pourraient, elles, s'élever à 136 millions de livres supplémentaires. «L'épidémie de Covid-19 n'est pas la cause du marasme financier du football», relève toutefois le directeur de Vysyble, Roger Bell, cité dans le communiqué. «Ce n'est que l'accélérateur de ce que nos données ont très clairement et très justement identifié comme un problème à bien plus long terme». «Les chiffres de 2018/2019 sont symptomatiques de problèmes profonds liés (au) modèle économique» du football anglais, a-t-il ajouté.

Parmi ces problèmes, Vysyble cite une dépendance exagérée aux droits télé, des coûts salariaux trop élevés par rapport aux revenus et une incapacité à identifier et anticiper correctement les évolutions financières. La masse salariale des clubs de Premier League atteindrait ainsi 3,12 milliards de livres (3,5 milliards d'euros), soit plus de 60% de leur chiffre d'affaires en moyenne, mais chez la moitié des clubs de PL ce ratio dépasse les 70% recommandés comme maximum par l'UEFA.

Des craintes pour les Spurs aussi

On trouve même des pointes au-dessus de 80%, à l'instar de Bournemouth, Leicester ou Everton qui reversent 85% de leurs revenus en salaires. L'autre club de Liverpool avait d'ailleurs publié une perte de 111 millions de livres (124,7 millions d'euros) pour le dernier exercice, alors que Chelsea avait annoncé un déficit de 96 millions de livres (116 millions d'euros).

Même pour un club comme Tottenham, qui avait les comptes les plus flatteurs, avec 68,6 millions de livres (77 millions d'euros) de bénéfices, l'avenir s'annonce sombre. Les Spurs ont annoncé la semaine dernière avoir profité d'un programme gouvernemental de soutien aux entreprises face à la crise pour emprunter 175 millions de livres (196,6 millions) à la Banque d'Angleterre et boucler leur budget.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion