Réforme du SREL – Les conclusions devraient être rendues en juillet

Publié

Réforme du SRELLes conclusions devraient être rendues en juillet

LUXEMBOURG - La commission d'enquête sur les services secrets luxembourgeois annonce ce mercredi que les propositions de réforme à venir seront rendues publiques «au plus tard» dans un mois.

Les conclusions de la commission parlementaire sur le SREL doivent être rendues publiques d'ici un mois.

Les conclusions de la commission parlementaire sur le SREL doivent être rendues publiques d'ici un mois.

Editpress

Comme l'avait annoncé le gouvernement dans son programme post-électoral de 2009, le SREL fera l'objet d'une réforme. Une promesse tenue avant même les révélations sur les écoutes faites à l'insu du Premier ministre et les interconnexions avec l'affaire Bommeleeër. Mercredi, François Bausch (Déi Gréng), président de la commission parlementaire sur le SREL, a indiqué à L'essentiel Online que les conclusions seront rendues publiques «au plus tard au cours de la première semaine de juillet».

Réunis ce mercredi, les membres de la commission parlementaire ont discuté «d'une liste de propositions qui devrait faire l'objet d'un consensus dans tous les partis, note le président de la commission parlementaire. Notre objectif, à ce stade, n'est pas de faire tomber des têtes, mais de pointer du doigt des responsabilités.» Et le chef de fraction Déi Gréng d'assurer que «dans ces conclusions personnelles», qui seront transmises aux membres de la commission et qui seront discutées dans les différentes fractions, le rôle du Premier ministre sera soulevé. «Pour ma part, je ne m'explique pas pourquoi Jean-Claude Juncker n'a pas informé la commission sur ce qu'il savait dès 2006 du rôle de la cellule Stay-Behind et des liens possibles avec les services secrets.»

En attendant les conclusions de l'ensemble de la commission parlementaire, ces membres doivent encore se réunir à cinq reprises. Deux de ces réunions auront pour objet les auditions d'anciens responsables du SREL. Ce sera notamment le cas vendredi avec le nouveau témoignage de Marco Mille, ancien directeur des services secrets, et Robert Rollinger, ancien directeur adjoint.

(Jmh/L'essentiel Online)

Ton opinion