Coronavirus au Luxembourg – «Les corps doivent être mis dans des housses»
Publié

Coronavirus au Luxembourg«Les corps doivent être mis dans des housses»

LUXEMBOURG - Les services de pompes funèbres doivent s'adapter aux mesures de prévention imposées par l'épidémie de coronavirus, ce qui rend leur travail plus compliqué.

S'ils le souhaitent, certaines familles peuvent prévoir une cérémonie plus tard, afin de rassembler tous les proches une fois les mesures stoppées.

S'ils le souhaitent, certaines familles peuvent prévoir une cérémonie plus tard, afin de rassembler tous les proches une fois les mesures stoppées.

Editpress

Même s’ils ne sont pas en première ligne, les services de pompes funèbres sont aussi impactés par les mesures prises par la direction de la Santé contre l’épidémie. C’est avec des masques, des tenues de protection et des gants que les salariés des pompes funèbres doivent continuer à exercer leur métier. Un changement loin d’être anodin. «Les gens sont compréhensifs, ils sont déjà contents d'au moins pouvoir assister aux obsèques», explique le président de la Fédération des entreprises des pompes funèbres et de crémation, Thierry Graul.

Sur le terrain, tout change, les entreprises doivent appliquer les consignes de sécurité du ministère de la Santé. En cette période d’épidémie, les corps sont placés dans des housses par les hôpitaux ou les morgues et sont mis dans les cercueils. «On porte deux paires de gants. La première, on l’enlève après avoir désinfecté la housse, ensuite on passe à la désinfection du cercueil, on le ferme, puis on le place dans le corbillard. On pourra par après retirer notre deuxième paire de gants», détaille Thierry Graul, également gérant des pompes funèbre Platz. Et, ce, même si le défunt n'a pas été infecté.

Enterrements à distance

Le service de thanatopraxie (NDLR: soin de conservation ou de présentation des corps) est, lui, suspendu pendant la crise sanitaire. Le recueillement des proches autour d’un cercueil ouvert n’est plus possible non plus actuellement. La cérémonie civile et l’incinération peuvent se tenir mais seules 20 personnes sont désormais autorisées au crématorium et au cimetière. Au début de la crise, seules 10 proches pouvaient assister à la cérémonie.

Des restrictions qui compliquent la communication avec les familles des défunts: «On essaie de faire au mieux, on devient plus restrictifs. Avant la crise, on essayait d’exaucer tous les vœux mais maintenant c’est devenu plus rapide», regrette Thierry Graul.

Pour donner l’opportunité d’un dernier au revoir aux proches, la maison Platz propose d’utiliser FaceTime par exemple. Erasmy pompes funèbres (trois agences à Luxembourg, Dudelange et Ettelbruck) offre un service de «live streaming», pour permettre d’assister aux enterrements à distance. Il est à noter qu'il est toujours possible de commander des fleurs pour l’enterrement. Certains peuvent prévoir une cérémonie plus tard, afin de rassembler tous les proches, une fois que la crise sera passée.

(mm/pp/L'essentiel)

Les crématoriums ouverts la nuit

Afin de désengorger les morgues et les hôpitaux, les crématoriums ouvrent une partie de la nuit, de 20h à 4h du matin, indique le président de la Fédération. On intervient dans les maisons de soins, à partir de 20h le soir, une fois le calme revenu.

Ton opinion