Lac d'Annecy – Les corps repêchés ont été identifiés

Publié

Lac d'AnnecyLes corps repêchés ont été identifiés

Le mystère des morts repêchés dans le lac d'Annecy, ce week-end, s'est éclairci ce mercredi. La piste criminelle est écartée.

Les cadavres ont été retrouvés dans une zone du lac où les éléments solides «ont tendance à se concentrer».

Les cadavres ont été retrouvés dans une zone du lac où les éléments solides «ont tendance à se concentrer».

AFP

Les trois corps repêchés ce week-end dans le lac d'Annecy dans le cadre des recherches pour retrouver un adolescent de 15 ans pourraient être ceux d'un homme s'étant suicidé en 2002 et de deux jeunes gens ayant volé la même année un voilier sur le lac, a indiqué mercredi, le parquet.

Un bijou retrouvé dans la vase sous l'un d'eux permet de penser que cette victime est un homme qui avait disparu il y a neuf ans après avoir laissé un message à sa famille faisant part de son intention de se suicider dans le lac, a expliqué le procureur de la République d'Annecy, Eric Maillaud.

Les deux autres corps pourraient être ceux de deux hommes âgés d'une vingtaine d'années qui, en 2002, avaient volé un voilier sur le lac. L'embarcation «s'était échouée sans ses occupants sur une plage d'Annecy, entre l'hôtel Impérial et la préfecture», a précisé M. Maillaud. Des papiers d'identité retrouvés sur l'un appartenaient à l'un des deux voleurs présumés et l'autre «pourrait être le coauteur», a précisé le procureur.

La piste criminelle est écartée

Les trois cadavres, qui reposaient par 45 à 50 mètres de profondeur et à quelque 800 mètres au large de l'hôtel Impérial, avaient été repêchés dans le cadre d'importantes recherches pour retrouver un adolescent d'origine togolaise qui s'était noyé le 2 juillet. Alors qu'il participait à une sortie en pédalo avec d'autres adolescents, des témoins l'avaient vu sauter du pédalo, remonter à la surface en montrant des signes de malaise, puis couler à pic. Son corps a été retrouvé lundi, flottant à la surface.

L'autopsie des quatre corps a eu lieu dans la matinée de mercredi, à Grenoble. Elle a permis d'établir qu'il s'agissait de «quatre corps masculins» et qu'ils ne présentaient «aucune lésion laissant penser à un crime éventuel», a souligné le procureur. Selon lui, les corps sont «particulièrement bien conservés», ce qui devrait faciliter la recherche d'ADN. Concernant l'adolescent, son état n'a par contre «pas permis de déterminer s'il s'agissait d'une mort par noyade, par hydrocution ou par arrêt cardiaque», a-t-il précisé.

Les cadavres ont été retrouvés dans une zone du lac où les éléments solides «ont tendance à se concentrer» en raison des courants, des vents et de la topographie, a par ailleurs expliqué le magistrat.

(L'essentiel Online/AFP)

Ton opinion