Débat au Pérou – Les corridas «n'apportent rien de bon à la société»

Publié

Débat au PérouLes corridas «n'apportent rien de bon à la société»

3 000 spectateurs étaient réunis ce week-end, à Lima, pour le retour des corridas au Pérou, après une longue pause. Une pratique traditionnelle que beaucoup condamnent.

En février 2020, un recours pour faire interdire les corridas avait été rejeté par la Cour constitutionnelle.

En février 2020, un recours pour faire interdire les corridas avait été rejeté par la Cour constitutionnelle.

Capture d'écran

Les corridas reviennent au Pérou, après une longue pause due à la pandémie. Dans ce pays d'Amérique latine, elles sont aussi populaires que le football. 3 000 spectateurs étaient réunis pour ce premier week-end. Ils avaient acheté leur billet environ 300 euros. Pour les toréadors, cela reviendra à se sentir comme les gladiateurs en Rome Antique, au milieu du Colisée.

La pratique est arrivée au XVIe siècle en Amérique du Sud, mais pour nombre d'habitants elle devrait être abandonnée. «Ni de l'art, ni de la culture, c'est de la torture», arboraient des militants farouchement opposés. «Il est regrettable qu'après la pandémie, un événement qui a bouleversé tout le monde, nous ayons encore ces pratiques traditionnelles, violentes, anachroniques, dépassées et qui n'apportent rien de bon à la société», réagit Rita Oyague, militante anticombat de taureaux.

En février 2020, un recours pour faire interdire les corridas avait été rejeté par la Cour constitutionnelle.

(nc/L'essentiel)

Ton opinion