Crise ukrainienne – Les craintes d'une attaque russe à leur comble
Publié

Crise ukrainienneLes craintes d'une attaque russe à leur comble

Le président russe Vladimir Poutine va assister ce samedi, à des manœuvres d’ampleur de l’armée ainsi qu’à des essais militaires.

Vladimir Poutine, après sa rencontre avec son homologue du Belarus, Alexandre Loukachenko.

Vladimir Poutine, après sa rencontre avec son homologue du Belarus, Alexandre Loukachenko.

AFP

Le président russe Vladimir Poutine assiste, samedi, à des manœuvres militaires de grande ampleur et à des essais de missiles, au risque d’enflammer encore la situation alors que les États-Unis se disent convaincus que la Russie a décidé d’envahir l’Ukraine, de façon imminente, et que les incidents sur la ligne de front s’accumulent.

Les craintes d’une attaque russe sont à leur comble en raison de la multiplication des violations du cessez-le-feu entre séparatistes pro-russes et forces ukrainiennes qui se battent depuis 2014 dans l’est de l’Ukraine, dans un conflit qui a déjà fait plus de 14 000 morts.

Le Kremlin continue de nier toute intention d’attaquer

Les observateurs de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) ont fait état samedi d’une «augmentation spectaculaire» de ces violations. Selon eux, le nombre d’incidents armés sur la ligne de front est désormais identique à celui d’avant juillet 2020, date à laquelle avait été conclu un accord pour renforcer le cessez-le-feu. L’agence d’État russe Ria Novosti a rapporté vendredi deux explosions, dont celle d’un oléoduc, à Lougansk, ville de l’est de l’Ukraine tenue par les séparatistes. Et les autorités des territoires sécessionnistes pro-russes ont ordonné l’évacuation des civils vers la Russie.

Le Kremlin continue de nier toute intention d’attaquer son voisin, mais réclame des garanties pour la sécurité de la Russie, comme le retrait de l’OTAN d’Europe de l’Est, ce que l’Occident refuse. Le président américain Joe Biden s’est déclaré «convaincu» vendredi que Vladimir Poutine avait décidé d’envahir l’Ukraine, et que la multiplication des heurts visait à créer une «fausse justification» pour lancer l’offensive dans la semaine ou même les jours qui viennent.

Mais il a laissé la porte ouverte au dialogue. Tant qu’une invasion ne s’est pas produite, «la diplomatie est toujours une possibilité», a-t-il estimé, annonçant une rencontre entre son secrétaire d’État, Antony Blinken, et le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, jeudi prochain. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky doit de son côté rencontrer samedi, à Munich, des dirigeants occidentaux, dont la vice-présidente américaine Kamala Harris.

«Je ne crois pas que ce soit du bluff»

Washington estime que la Russie dispose de 190 000 hommes aux abords de l’Ukraine et sur son territoire, en comptant les forces séparatistes. C’est «la plus grande concentration de troupes militaires» depuis la guerre froide, a dit le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, jugeant que Moscou était «en mesure, sans autre forme d’avertissement, d’attaquer». Le Pentagone a affirmé vendredi qu’entre 40% et 50% de ces troupes russes sont «en position d’attaque», et que les heurts sur la ligne de front font partie d’une «campagne de déstabilisation de l’Ukraine» préliminaire à une invasion.

Le ministre de la Défense américain Lloyd Austin a lui aussi affirmé à la chaîne ABC que la Russie avait rassemblé les éléments «nécessaires à une invasion réussie». «Je ne crois pas que ce soit du bluff», a-t-il déclaré. La Russie n’a jamais divulgué le nombre de ses soldats massés aux frontières de l’Ukraine ou participant à des manœuvres au Belarus voisin. Le ministère russe de la Défense a annoncé que Poutine superviserait personnellement, samedi, des manœuvres militaires, avec notamment des tirs de missiles balistiques et de croisière capables de porter des charges nucléaires.

«Les sanctions seront introduites quoi qu’il arrive»

Ces exercices mobiliseront des forces du district militaire Sud, les forces aérospatiales, les flottes du Nord et de la mer Noire ainsi que les «forces stratégiques». Ces dernières sont équipées de missiles à portée intercontinentale, de bombardiers stratégiques, de sous-marins, de navires de surface et d’une aviation navale porteuse de missiles conventionnels. Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a assuré qu’il s’agit d’un «processus d’entraînement régulier».

L’Occident unanime a promis à Moscou des sanctions économiques dévastatrices en cas d’invasion de l’Ukraine. Elles feraient de la Russie un «paria», a encore martelé vendredi un responsable américain. Mais Vladimir Poutine a de nouveau balayé la menace: «Les sanctions seront introduites quoi qu’il arrive. Qu’il y ait une raison ou pas, ils en trouveront une car leur but est de freiner le développement de la Russie».

(L'essentiel/afp)

Ton opinion