Immobilier au Luxembourg – Les crédits seront moins facilement accordés

Publié

Immobilier au LuxembourgLes crédits seront moins facilement accordés

LUXEMBOURG – Les autorités vont mettre en place une limitation du volume du crédit immobilier, calculée par rapport à la valeur du bien acheté.

Les prix de l'immobilier ont flambé ces dernières années.

Les prix de l'immobilier ont flambé ces dernières années.

Editpress/François Aussems

Les ménages ne pourront plus s’endetter sans limite pour acheter un bien immobilier. À partir du 1er janvier, les crédits seront limités par rapport à la valeur du bien acheté, comme l’a indiqué mercredi le Comité du risque systémique (CdRS). Les propriétaires qui désirent changer de résidence principale ne pourront pas emprunter un montant supérieur à 90% du prix de leur nouveau logement. Ceux qui comptent faire du locatif seront limités à 80%, tandis que les primo-accédant pourront emprunter jusqu’à 100% de la valeur du bien.

Concrètement, le prix moyen d’une maison étant de 970 589 euros, ceux qui veulent faire du locatif devront apporter 194 000 euros, tandis que ceux qui changent de résidence seront contraints de disposer déjà d’un peu plus de 97 000 euros. «La mesure ne vise nullement à priver les jeunes ménages de la possibilité d’acquérir une résidence principale», précise le CdRS.

Endettement en hausse

Les mesures, votées en décembre 2019 mais jusqu’à présent jamais appliquées, visent à «contrecarrer la spéculation immobilière», indique le CdRS, un organe composé de représentants du gouvernement (Pierre Gramegna), de la Banque centrale, de la Commission de surveillance du secteur financier (CSSF) et du Commissariat aux assurances. Les prix des logements ont progressé en moyenne de 7,2% par an ces cinq dernières années, avec un pic à +13,9% au premier semestre 2020.

Le CdRS évoque, dans la situation actuelle, «des risques pour la stabilité financière, mais aussi d'un endettement excessif des ménages», ce dernier étant en constante augmentation. La CSSF, chargée de faire appliquer les nouvelles règles auprès des banques, a en outre précisé n'introduire aucune contrainte concernant les ratios prêt/revenu ou dette/revenu des ménages.

(Joseph Gaulier/L'essentiel)

Négociations à l’étranger

Pour éviter une distorsion de concurrence, des discussions seront menées avec les autorités financières des pays voisins, afin d’éviter que leurs banques rentrent sur le marché luxembourgeois sans appliquer ces nouvelles règles.

Ton opinion