Vote au Luxembourg – Les démocrates du pays vont choisir leur candidat

Publié

Vote au LuxembourgLes démocrates du pays vont choisir leur candidat

LUXEMBOURG – Les membres du parti démocrate américain participent ce mardi 3, puis mardi 10 mars, à la primaire de leur parti pour la présidentielle américaine.

Democrats Abroad Luxembourg compte 380 membres enregistrés.

Democrats Abroad Luxembourg compte 380 membres enregistrés.

La campagne présidentielle américaine est bien lancée, avec les primaires démocrates qui battent leur plein. Pour les membres du parti installés au Luxembourg, deux sessions de vote sont organisées, ce mardi 3 mars, lors du fameux Super Tuesday, puis mardi prochain, le 10. L’enjeu pour eux est de choisir le candidat qui affrontera Donald Trump en novembre.

«Il y a 380 membres de Democrats Abroad Luxembourg enregistrés, mais il est possible de s’inscrire au dernier moment et de participer», note Natalie Bachiri, sa présidente. La participation est généralement «élevée pour ce scrutin, du fait de son importance, nettement plus que pour les élections de mi-mandat». La présidentielle reste «un grand sujet de discussion parmi les Américains».

«Le meilleur candidat»

Natalie Bachiri estime que la probabilité de battre Donald Trump est «élevée, parce que les gens se rendent compte que les choses doivent changer, ils ne sont pas satisfaits». Les militants installés au Luxembourg «voient certes les choses différemment, mais nous sommes en contact avec nos familles», reprend la présidente. Cette dernière pense que la procédure d’impeachment a été une bonne chose, même si elle n’est pas allée à son terme: «Les citoyens ont vu que Trump avait abusé de son pouvoir et fait pression sur un pays étranger. Cela peut avoir un impact sur le vote».

Pour le moment, cinq candidats restent en lice, après plusieurs retraits. Bernie Sanders fait actuellement figure de favori, après avoir bien débuté la campagne. Mais son âge (78 ans) et son profil de socialiste inquiètent certains membres du parti dans la perspective de l’élection. «Je ne pense pas qu’il faille avoir peur, reprend Natalie Bachiri. Quoi qu’il arrive, les démocrates vont voter pour le meilleur candidat et se rallier au vainqueur».

(Joseph Gaulier/L'essentiel)

Risque d’ingérence?

Depuis l’élection présidentielle de 2016, les états-majors craignent une ingérence russe dans la campagne, y compris dans la primaire. «C’est un risque que nous ne pouvons écarter, selon Nathalie Bachiri. Mais j’espère que les gens seront suffisamment malins pour faire eux-mêmes des recherches, afin de savoir qui est le meilleur candidat», plutôt que de faire confiance uniquement aux messages douteux sur les réseaux sociaux.

Ton opinion