Ecoutes du SREL – Les députés pointent du doigt Juncker

Publié

Écoutes du SRELLes députés pointent du doigt Juncker

LUXEMBOURG - Selon les conclusions préliminaires du rapport de la commission d'enquête du SREL dévoilées ce jeudi, «la responsabilité politique du Premier ministre est incontestable».

François Bausch (Déi Gréng) a soumis mercredi aux membres de la commission d'enquête du SREL le rapport préliminaire sur l'affaire d'espionnage. «La responsabilité politique du Premier ministre est incontestable», aurait conclu le président de Déi Gréng, indique RTL.

Lors du vote de confiance à la Chambre des députés la semaine dernière, le Premier ministre, Jean-Claude Juncker, s'était dit prêt à assumer une partie de la responsabilité des dysfonctionnements au sein du SREL. «Oui, c'est moi le responsable. Mais être responsable, c'est une chose, être coupable, c'en est une autre», s'était-il défendu devant les députés.

Juncker et Frieden responsables?

Gast Gibéryen (ADR) a déjà révélé mercredi que la Chambre était en train de discuter de la procédure législative en cas de nouvelles élections. Luc Frieden a même laissé entendre en soirée qu'il n'excluait pas des élections anticipées.

Par ailleurs, ce dernier a été disculpé mercredi par un haut fonctionnaire du ministère de la Justice. Pour les partis d'opposition pourtant, l’innocence de Luc Frieden est loin d'être prouvée.

(lb/ L'essentiel Online)

Des perquisitions au ministère de la Justice

La commission juridique a demandé mercredi à l'actuelle ministre de la Justice, Octavie Modert (CSV), de leur faire parvenir le document récapitulant la genèse exacte de la loi portant sur l'entrave à la justice. Jeudi, une perquisition du ministère de la Justice avait finalement été organisée pour retrouver ce document.

Ton opinion