Au Luxembourg – Les détenus sont dans des chambres sécurisées

Publié

Au LuxembourgLes détenus sont dans des chambres sécurisées

LUXEMBOURG - Lundi, un prisonnier de Schrassig a réussi à s'enfuir du CHL. Pourtant, les visites médicales des détenus hors de la prison sont encadrées.

Un détenu de la prison de Schrassig s’est évadé après une visite médicale qui s’est tenue au CHL.

Un détenu de la prison de Schrassig s’est évadé après une visite médicale qui s’est tenue au CHL.

Editpress

L’évasion d’un détenu de la prison de Schrassig lors d’une visite médicale au Centre hospitalier de Luxembourg (CHL) pose la question des conditions dans lesquelles se déroulent ces transferts. Le ministre de la Justice, Félix Braz, a prévenu: à l’avenir tous les transports de prisonniers se feront par des policiers, comme le prévoit la réforme de la police. Actuellement, des agents pénitentiaires peuvent s’en charger, en fonction de la dangerosité du détenu.

Le CHL dispose de deux chambres sécurisées adaptées à l’hospitalisation de détenus. Chacune d’elles ne peut recevoir que deux prisonniers en même temps. Mais «l’hospitalisation doit être possible dans une chambre de soins normaux» en cas de nécessité, rappelait le gouvernement début 2016, dans une réponse au Comité européen pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants (CPT).

Dans le document, il est précisé que les policiers peuvent rester armés lors des accompagnements pour assurer la sécurité et prévenir une évasion. Le menottage du détenu est aussi possible, du moment qu’il ne vient pas entraver l’acte médical.

(Mathieu Vacon/L’essentiel)

Ton opinion