Les dirigeants d'Air India bosseront-ils à l'oeil?

Publié

Les dirigeants d'Air India bosseront-ils à l'œil?

La compagnie aérienne publique indienne a demandé vendredi à ses dirigeants de travailler gratuitement au mois de juillet afin d'aider le transporteur à se sortir de sa crise financière.

Afin de tenter de combler le déficit de la compagnie publique indienne, les dirigeants sont appelés à faire une croix sur leur revenu du mois de juillet.

Afin de tenter de combler le déficit de la compagnie publique indienne, les dirigeants sont appelés à faire une croix sur leur revenu du mois de juillet.

afp

"Les cadres supérieurs, au niveau des directeurs généraux et au-dessus, doivent volontairement renoncer à leurs salaires du mois de juillet", a déclaré le président d'Air India, Arvind Jadhav, dont les propos étaient rapportés par un porte-parole à l'agence officielle Press Trust of India.

La semaine dernière, des employés de la compagnie nationale indienne avaient été informés que le versement de leurs salaires serait ajourné, poussant 20 000 d'entre-eux à brandir la menace d'une grève dure.

800 millions de dollars de perte en 2008

Le transport aérien en Inde, qui traverse depuis un an une zone de turbulences, est tombé dans un trou d'air avec des compagnies en lourdes pertes financières, criblées de dettes et dont le trafic passagers s'effondre, soulignait ce mois-ci un rapport du cabinet de conseil australien Centre pour le transport aérien en Asie Pacifique.

Au cours de l'année 2007-2008 (achevée fin mars 2008), les compagnies indiennes avaient pâti de l'envolée des prix du pétrole et leurs pertes annuelles cumulées s'élevaient déjà à 938 millions de dollars. Ces pertes culminent à 1,75 milliard pour 2008-2009. À elle seule, Air India a essuyé une perte nette de 800 millions de dollars en 2008-09 avec une dette de quatre milliards. Cette société publique est née de la fusion en 2008 entre Air India (lignes internationales) et Indian (lignes intérieures).

lessentiel.lu avec AFP

Cette semaine, la compagnie aérienne britannique British Airways a suggéré à ses 40 600 employés de travailler gratuitement entre une et quatre semaines par an.

Ton opinion