Brigitte Macron – Les drames qu'elle a vécus à 8 ans guident sa vie
Publié

Brigitte MacronLes drames qu'elle a vécus à 8 ans guident sa vie

La femme du président français s'est confiée dans le magazine «Madame Figaro» et a expliqué que sa philosophie de vie était liée à des traumatismes qu'elle a vécus enfant.

Brigitte Macron ne se projette jamais trop loin dans le temps.

Brigitte Macron ne se projette jamais trop loin dans le temps.

AFP/Bertrand Guay

Alors que se profile le premier tour de l'élection présidentielle en France le 10 avril prochain, l'épouse d'Emmanuel Macron se fait plus visible. Son mari ne s'est pas encore prononcé sur sa volonté de rempiler pour un nouveau mandat mais Brigitte Macron a pour principe de vivre le moment présent. «Je suis intimement persuadée que la mort nous attend à chaque instant, donc rien d’autre n’existe que là, ici, maintenant», a-t-elle confié dans une interview au magazine Magazine Figaro publiée jeudi.

«J’ai ça en tête depuis que j’ai 8 ans», explique-t-elle. Une allusion aux drames qu'elle a dû affronter quand elle était enfant. Dernière d'une fratrie de six enfants, sa sœur s'est tuée dans un accident de voiture avec son mari et l'enfant qu'elle attendait, avait-elle raconté pour la première fois en 2017 à Elle alors qu'elle venait d'emménager à l'Élysée. Quelques mois plus tard, c'était une de ses nièces, âgée de 6 ans, qui était emportée.

«Ça m’est tombé dessus»

«J’ai l’impression qu’on n’a pas le temps, qu’il faut aller vite. Ce que vous ne faites pas maintenant, peut-être ne le ferez-vous jamais. C’est aussi le carpe diem du Cercle des poètes disparus». C'est sans doute la raison pour laquelle l'enseignante a pris la décision de vivre aux côtés d'un homme de 24 ans de son cadet, malgré les qu'en-dira-t-on. «Je ne l’ai pas cherché. Ça m’est tombé dessus», a-t-elle expliqué.

«Sauf, bien sûr, à un moment donné, où j’ai agi. Il y a des moments dans la vie de chacun où il faut faire des choix qui impactent le restant de vos jours. Un choix implique de trancher, c’est parfois douloureux. Quand ce moment arrive, vous ne vous référez qu’à votre structure. Point final».

(mc/L'essentiel)

Ton opinion