Fiscalité au Luxembourg: Les droits de succession pas près d’évoluer

Publié

Fiscalité au LuxembourgLes droits de succession pas près d’évoluer

LUXEMBOURG – Si le LSAP reste ouvert à taxer plus fortement les droits de succession, le DP ne veut pas en entendre parler.

par
Joseph Gaulier

Pexels

D’ici la fin de la législature, fin 2023, les droits de succession ne devraient pas évoluer. Le LSAP, membre de la coalition au pouvoir, est bien en faveur d’une évolution de la législation en la matière, mais son partenaire, le DP, y reste fermement opposé. «C’est un no-go et cela le restera, maintenant et pendant la campagne électorale», lance Gilles Baum, chef de file des députés DP à la Chambre. «Les propriétaires ont payé le logement, les intérêts, il n’est pas question que l’État vienne prendre aussi sa part», martèle-t-il, alors que la plupart des successions en ligne directe (descendant ou ascendant) sont aujourd’hui exemptes de frais.

La question «n’est pas taboue», a indiqué à RTL Paulette Lenert, vice-Première ministre LSAP, qui visait les gros propriétaires. Ses collègues interrogés par L’essentiel confirment que la piste n’est pas fermée, tout en insistant sur le fait que ce sont d’autres pistes qui sont privilégiées. «Nous voulons d’abord le retour d’un impôt sur la fortune pour les particuliers», supprimé en 2006, explique Yves Cruchten, président de la fraction LSAP. De manière générale, il appelle à «taxer davantage les revenus supérieurs à 120 000 euros», comme cela a été évoqué lors du débat sur la fiscalité.

Dan Biancalana, président du parti, évoque un impôt lié à la succession, le bénéfice de cession. Il concerne une vente réalisée au moins deux ans après l’achat. Le député entend… diminuer les recettes de l’État sur ce point, en doublant l’abattement en cas de succession en ligne directe pour la résidence principale, aujourd’hui fixé à 75 000 euros. Le but est de «ne pas pénaliser les héritiers» avec un barème plus adapté aux prix actuels de l’immobilier. «Mais il faut tenir compte des salaires, du capital, des biens dans leur ensemble, pas se focaliser sur un point précis», dit-il. Dans le programme de 2023, il compte bien retrouver «l’ADN du LSAP sur la fiscalité».

Gilles Baum et le DP refusent de modifier la fiscalité sur les successions.

Gilles Baum et le DP refusent de modifier la fiscalité sur les successions.

Editpress/Fabrizio Pizzolante

Le Luxembourg en bref

Vous ne voulez rien rater de l'actualité au Luxembourg? N'en perdez pas une miette et retrouvez toutes les informations sur le Grand-Duché en bref dans notre ticker en suivant ce lien.

19 commentaires