Rentrée au Luxembourg – Les écoles risquent-elles de fermer à nouveau?
Publié

Rentrée au LuxembourgLes écoles risquent-elles de fermer à nouveau?

LUXEMBOURG - Alors que le Covid-19 circule toujours dans le pays, Claude Meisch a donné des indices sur les mesures envisagées dans les écoles et doit s'exprimer ce vendredi.

Des mesures sanitaires vont être mises en place dans les établissements scolaires du Luxembourg.

Des mesures sanitaires vont être mises en place dans les établissements scolaires du Luxembourg.

Editpress

À dix jours d'une rentrée scolaire forcément particulière dans le contexte pandémique actuel, le ministre de l'Éducation nationale, Claude Meisch, révélera ce vendredi le protocole sanitaire mis en place dans les écoles du pays. Le port du masque sera-t-il obligatoire en classe et dans tout l'établissement? Qu'en est-il de la distanciation? Les masques seront-ils gratuits?

«Les masques ne peuvent pas être à la charge des parents»

Quoi qu'il en soit, le ministre souhaite «un retour à la normale autant que possible». Mais que faire si plusieurs cas positifs sont enregistrés dans une classe par exemple? «Des quarantaines sont envisageables», répond-il. La fermeture des écoles en revanche n'interviendra qu'en cas de reconfinement général. «Cela ne servirait à rien de tout fermer. À l'école, des règles existent pour limiter la propagation de l'épidémie. Beaucoup plus qu'à l'extérieur».

De leur côté, les associations de parents d'élèves «prônent la prudence» sur le plan sanitaire, relaie Charles Krim, président de la Fapel (Fédération des associations de parents d’élèves du Luxembourg). «Je pense que le masque sera obligatoire, et je suis presque certains qu'ils seront gratuits. Ils ne peuvent pas être à la charge des parents».

Pour le SEW-OGBL, il est essentiel «d'avoir des mesures différenciées entre le fondamental et le secondaire» et de ne pas perdre de vue les risques de creusement des inégalités sur le plan scolaire. «Comment va-t-on pallier au "manque" d'école résultant des derniers mois? Je crains que l'on oublie tout cela pour se concentrer uniquement sur la question sanitaire», conclut Patrick Arendt, président du syndicat.

(Thomas Holzer/L'essentiel)

Ton opinion