Grève contre les bourses – Les élèves pourront sécher pour faire grève
Publié

Grève contre les boursesLes élèves pourront sécher pour faire grève

LUXEMBOURG - Le 25 avril, les élèves et étudiants descendront dans les rues pour manifester contre le nouveau système des bourses d'études. «L'essentiel» fait le point.

L'Union des étudiants du Luxembourg (UNEL) a appelé les élèves et les étudiants à manifester le vendredi 25 avril. (photo: Capture d'écran: streik.lu)

L'Union des étudiants du Luxembourg (UNEL) a appelé les élèves et les étudiants à manifester le vendredi 25 avril. (photo: Capture d'écran: streik.lu)

Après une e-pétition sur les bourses d'études, les tensions ont monté d'un cran, lundi matin, avec l'annonce d'une grève des élèves et des étudiants en date du 25 avril pour faire entendre les doléances sur la réforme.

Pourquoi y aura-t-il une grève?

Les étudiants se sentent lésés par le nouveau système des bourses d’études, annoncé par Claude Meisch, ministre de l'Éducation nationale et des Études supérieures (DP). Selon eux, ils auront droit à moins d'argent. «Les économies ne peuvent pas se faire sur le dos de l'éducation», a ainsi martelé l'Union des étudiant-e-s du Luxembourg (UNEL). «Cette mesure empêche des jeunes qui ont des difficultés financières de poursuivre les études», explique ainsi l'association des étudiants de l'Uni, LUS. Selon elle, le poids à subir serait d'autant plus important pour les familles nombreuses. «Nous n'accepterons pas que le gouvernement veuille nous lancer dans une bataille concurrentielle avec nos frères et sœurs», souligne le collectif Richtung22.

Qu’est-ce qui a changé dans le système d’allocation des bourses?

Le nouveau système des bourses, dont l’introduction est prévue en septembre 2014, prévoit une bourse de base de 2 000 euros par an. À ce montant se rajouteront 2 000 euros pour les élèves qui iront étudier à l'étranger et 2 500 euros pour les étudiants dont le revenu des parents est inférieur à 4,5 fois le salaire social minimum non qualifié. Tous les élèves auront droit à un prêt étudiant à hauteur de 6 500 euros. Les frais d'inscription pourront également être remboursés à concurrence de 3 700 euros, la moitié en bourse, et la moitié en prêt. Une aide supplémentaire de 1 000 euros pourra dans certains cas être allouée aux personnes en précarité sociale.

Combien d’argent les étudiants reçoivent-ils actuellement pour leurs études?

Dans le système des bourses actuel, introduit en 2010 par François Biltgen (CSV), chaque étudiant se voit accorder tous les ans une bourse de 6 500 euros, non remboursable, cumulable d'un prêt du même montant, remboursable dans les dix ans après obtention du diplôme. Les frais d'inscription peuvent également être remboursés à concurrence de 3 700 euros, dont la moitié sous forme de prêt.

Pourquoi le système a-t-il changé?

La Cour de justice de l'UE a jugé que le système de François Biltgen était discriminatoire envers les enfants des travailleurs frontaliers qui n'avaient pas droit aux bourses. Le système actuel n'étant alors plus tenable d'un point de vue financier, une révision était incontournable selon le gouvernement. Le nouveau système permet d’économiser près de 70 millions d’euros et tient compte de la nécessité d’assainir les finances publiques .

Quel est l’objectif de la grève?

Les associations des élèves exigent que le projet de loi soit révisé avant qu'il ne soit voté à la Chambre. Une idée que n'écarte pas l'actuel ministre de l'Éducation secondaire et des Études supérieures, Claude Meisch (DP). «Lorsque j’ai discuté avec les différentes associations des étudiants, je n’avais pas l’impression que l’opposition était si frontale, mais depuis les positions se sont durcies.

Qui organise la grève?

Cette manifestation est soutenue par de nombreuses organisations comme des syndicats, des groupes de jeunesses politiques (JSL, déi Jonk Lénk, JCL, Jonk Piraten, etc.), plusieurs comités d'élèves (UNEL, LUS) ou encore Richtung22.

Où et quand cette grève aura-t-elle lieu?

Le vendredi 25 avril, à partir de 10h. Le rendez-vous est donné en trois points dans Luxembourg-Ville, sur le parking du Glacis, à la gare et sur le campus «Geesseknäppchen». Les cortèges convergeront ensuite devant le ministère de l'Éducation et la Chambre des députés.

Combien y aura-t-il de participants?

L'UNEL table sur 5 000 manifestants par point de rassemblement, soit 15 000 au total.

Les élèves sont-ils dispensés des cours?

Contacté par L’essentiel, Claude Meisch a affirmé: «Je veillerais à ce que nous mettions en place un système qui autorise aux élèves de secondaire de s’absenter ce jour-là pour participer à la grève. Ils devront au préalable s’enregistrer sur une liste et leur absence sera alors excusée. C’est la procédure normale».

La grève, est-ce la bonne solution?

«Il est normal que des personnes qui semblent lésées puissent se manifester et je suis content lorsque des jeunes s’engagent, a expliqué Claude Meisch. En tant que ministre de l'Éducation, il n’est pas à moi de dire si une telle mesure de grève est justifiée ou pas. J’aurais aimé que nous puissions trouver une autre solution et ma porte est toujours ouverte». Pour les jeunes démocrates (JDL), la grève n'est cependant pas le moyen approprié. «Nous exhortons tous les participants à miser davantage sur le dialogue», écrivent-ils dans un communiqué.

(Laurence Bervard/ Kerstin Smirr/ L'essentiel)

Ton opinion