Les enclaves de la colère

Publié

Les enclaves de la colère

Le roi Juan Carlos d'Espagne et la reine Sofia ont entamé lundi une visite historique de deux jours dans les enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla, revendiquées par le Maroc, un déplacement qui a déclenché les foudres de Rabat.

Vendredi, le Maroc a rappelé son ambassadeur en Espagne «pour une période indéterminée» en raison de la «visite regrettable» du couple royal espagnol dans ces deux enclaves situées sur la côte nord-ouest du Maroc.

Le Premier ministre marocain Abbas El Fassi a réaffirmé la position de Rabat selon laquelle «ces deux villes font partie intégrante du territoire marocain, et leur retour à la mère patrie se fera à travers des négociations directes avec l'Espagne voisine».

Lundi, dans un discours prononcé à l'hôtel de ville de Ceuta, le roi Juan Carlos n'a fait aucune allusion directe aux actuelles tensions diplomatiques entre les deux pays. Il a simplement expliqué que, parmi ses nombreux voyages à travers l'Espagne, il ne s'était jamais rendu à Ceuta en tant que roi et devait combler cette lacune. «J'avais un engagement en suspens» avec le peuple de cette enclave, a déclaré le monarque.

Lundi, pour la deuxième journée consécutive, des manifestations de Marocains hostiles à cette visite ont eu lieu au Maroc. Après Tétouan dimanche, des manifestants ont exprimé lundi leur mécontentement, en agitant des drapeaux rouges marocains et en escaladant une barrière dans la zone frontalière entre le Maroc et Ceuta, selon les images de la télévision espagnole.

D'autres manifestations étaient prévues dans la journée à Ceuta et à Melilla, ainsi qu'aux abords de l'ambassade d'Espagne à Rabat.

Pour son premier voyage à Ceuta depuis son accession au trône il y a 32 ans, le roi Juan Carlos, accompagné de son épouse la reine Sofia, a pris un bain de foule dans les rues de la cité devant des milliers d'Espagnols qui agitaient des drapeaux nationaux rouge et jaune.

Puis, le couple royal a salué ses compatriotes du balcon du bâtiment abritant le siège du gouvernement local alors que la foule massée sur la place Plaza de Africa scandait «Espana».

La dernière visite d'un monarque espagnol dans ces deux enclaves situées sur la côte nord-ouest du Maroc remonte à 1927, quand le grand-père de Juan Carlos, Alphonse XIII, s'y était rendu.

ap

Le port de Ceuta est situé sur un promontoire de 20km2 près du détroit de Gibraltar, entre les villes de Tanger et Tétouan, et compte un peu plus de 73.000 habitants, dont 6.000 soldats. Chaque jour, quelque 30.000 Marocains traversent la frontière pour venir travailler ou faire des achats dans cette enclave espagnole.

Melilla est une ville portuaire sur la côte du Rif au nord de la ville marocaine de Nador, sur une petite péninsule surplombant la Méditerranée. Conquise par les Espagnols en 1487, cette enclave de 12km2 compte 70.000 habitants.

L'Espagne défend sa souveraineté sur ces deux territoires en soulignant que les deux enclaves sont espagnoles depuis plus de 400 ans, soit bien avant que le Maroc ne devienne un Etat indépendant.

Ton opinion