Les énergie propres, nouveau dada de la BEI
Publié

Les énergie propres, nouveau dada de la BEI

La Banque europénne d’investissement a récolté plus de fonds que prévu en 2007 : 55 milliards d’euros au lieu des 48 milliards initialement prévus. La faute aux … subprimes.

Avec l’incertitude grandissante sur les marché financier depuis l’été, les obligations de la « banque des projets européens » se sont révélées être des valeurs sures et très convoitées. L’institution affiche donc une bonne santé à l’approche de ses 50 ans qu’elle fêtera en juin à Luxembourg.
L’année dernière, elle a prêté 47,8 milliards d’euros, contre 45,6 milliards en 2006. C’est bien sûr l’Union européenne qui en a le plus profiter avec un peu plus de 41 milliards. Les principaux bénéficiaires européens sont l’Espagne (15%), l’Allemange (13,7%), L’Italie (11,7%) puis Le Royaume-Unis (8,7%). Le Luxembourg est loin derrière avec 0,1% des prêts soit 50 millions d’euros.

Côté dommaine, la BEI s’est vue attribué une nouvelle mission, le financement de l’énergie. Plus de 6 milliards y ont été consacrés en 2007, dont un tiers concerne le financement de projets sur les énergies renouvelables. « Désormais dans tous les domaines, nous privilégions les projets qui contribue à lutter contre le réchauffement climatique », souligne Philippe Maystadt, président de la BEI. « C’est le cas dans l’énergie ou dans les transports ».

Linda Cortey

Ton opinion