Les énergies propres, nouveau dada de la BEI
Publié

Les énergies propres, nouveau dada de la BEI

Hier, la banque, qui finance des grands projets surtout en Europe,
a présenté ses résultats. L’écologie devient un critère majeur.

La Banque européenne d’investissement (BEI) a récolté plus de fonds que prévu en 2007: 55 milliards d’euros au lieu des 48 milliards initialement prévus. La faute aux… subprimes. Avec l’incertitude grandissante sur les marchés financiers depuis l’été, les obligations de la «banque des projets européens» se sont révélées être des valeurs sûres et très convoitées.

L’institution affiche donc une bonne santé à l’approche de ses 50 ans, qu’elle fêtera en juin à Luxembourg. Elle a dégagé plus de 1,5 milliard de bénéfices en 2007. «Ils seront sans doute affectés à notre fonds de réserve», indique Philippe Maystadt, président de la BEI. Un fonds dédié à la prochaine augmentation de capital, prévue vers 2010.

L’année dernière, la BEI a prêté 47,8 milliards d’euros, contre 45,6 milliards en 2006. C’est bien sûr l’Union européenne qui en a le plus profité avec un peu plus de 41 milliards. Les principaux bénéficiaires européens sont l’Espagne (15 %), l’Allemagne (13,7 %), l'Italie (11,7 %) puis le Royaume-Uni (8,7 %). Le Luxembourg est loin derrière avec 0,1 % des prêts, soit 50 millions d’euros.

Côté domaine de financement, la BEI s’est vu attribuer une nouvelle mission: l’énergie. Plus de 6 milliards y ont été consacrés en 2007, dont un tiers concerne le financement de projets sur les énergies renouvelables. «Désormais, dans tous les domaines, nous privilégions les projets qui contribuent à lutter contre le réchauffement climatique», souligne Philippe Maystadt. «C’est le cas dans l’énergie ou dans les transports».

Linda Cortey

La banque s'agrandit au Kirchberg

La BEI, c'est l'institution financière de l'Union européenne. Créée le 1er janvier 1958, elle emprunte sur les marchés pour financer des grands projets européens, voire dans le reste du monde. Installée au Luxembourg, elle y emploie environ 1 300 de ses 1400 salariés. La banque confirme d'ailleurs son ancrage sur le plateau du Kirchberg en inaugurant, le 2 juin prochain, un nouveau bâtiment tout en verre. La cérémonie, qui marque aussi les 50 ans de l'institution financière, se tiendra en présence du Grand-Duc Henri et du président de la Commission européenne, José Manuel Barroso.

Ton opinion