Faits divers en Lorraine – Les enfants ont bien avalé de la méthadone

Publié

Faits divers en LorraineLes enfants ont bien avalé de la méthadone

Le Parquet de Nancy a annoncé mercredi la mise en examen du couple de toxicomanes dont les deux enfants ont trouvé la mort, dimanche, après avoir absorbé par accident un substitut d'héroïne.

«Une information judiciaire pour homicides involontaires doit être ouverte. Je vais requérir un contrôle judiciaire, et non une mise en détention provisoire», a indiqué le procureur de Nancy, Thomas Pison, lors d'une conférence de presse. Le drame s'était déroulé dans la journée de dimanche, au domicile des parents, à Vandœuvre, en banlieue de Nancy.

Le père, qui dormait, avait retrouvé ses deux enfants dans un état critique et avait appelé son épouse, qui se trouvait sur son lieu de travail. Cette dernière avait alors prévenu les secours qui n'avaient pu sauver les enfants. «L'autopsie a révélé que les victimes sont mortes par asphyxie: il n'y a eu ni violence ni maltraitance. En revanche, il y a eu prise de méthadone à dose mortelle: les analyses montrent que les enfants se sont partagés une bouteille», a indiqué le procureur de Nancy. «Il n'y a pas besoin de quantité très importante pour que les enfants trouvent la mort», a-t-il ajouté.

«Ils se renvoient l'un l'autre la responsabilité du drame»

En garde à vue, la mère de famille a indiqué qu'en partant à son travail, peu avant 13h, elle avait remarqué qu'une petite bouteille de méthadone, un traitement de substitution à l'héroïne, s'était brisée et vidée dans l'appartement. Le couple, usager de ce produit, avait l'habitude de ranger les bouteilles dans des endroits inaccessibles aux enfants dans l'appartement.

«Il y a quelques divergences dans leurs déclarations, mais en l'état rien qui puisse établir une quelconque intention criminelle: les investigations n'ont pas retrouvé de méthadone ailleurs dans l'appartement», a insisté M. Pison, qui a décrit le couple comme «responsable, compétent, pas maltraitant». «Ils se renvoient l'un l'autre la responsabilité du drame et ils sont évidemment très affectés», a-t-il encore dit.

(L'essentiel Online/AFP)

Ton opinion