Chiffres de 2011 – Les Etats-Unis, pays qui boit le plus de vin

Publié

Chiffres de 2011Les États-Unis, pays qui boit le plus de vin

Selon une étude réalisée pour un salon du vin chinois, les États-Unis sont devenus en 2011 le 1er pays consommateur devant l'Italie et la France.

Les États-Unis sont peut-être le premier pays consommateur de vin, mais les Français restent les premiers en termes de consommation par habitant avec 54 litres avalés par an.

Les États-Unis sont peut-être le premier pays consommateur de vin, mais les Français restent les premiers en termes de consommation par habitant avec 54 litres avalés par an.

AFP

Les États-Unis sont désormais à la première place en volume consommé (311,3 millions de caisses de 9 litres), avec une croissance prévue autour de 10% entre 2011 et 2015, selon cette étude réalisée en partenariat avec le cabinet britannique ISWR. La France demeure le premier pays en terme de consommation par habitant et par an (environ 54 litres) devant l'Italie (53).

«Mais le potentiel de développement des États-Unis est énorme», souligne Robert Beynat, directeur de Vinexpo, avec une consommation d'environ 12 litres. Les États-Unis sont déjà le premier consommateur de vins tranquilles (non pétillants) en valeur, devant le Royaume-Uni et la France. La Chine occupait en 2010 le 20e rang mondial pour la consommation per capita avec un peu plus d'un litre consommé chaque année, mais devrait voir ce taux quasiment doubler d'ici 2015.

L'Asie-Pacifique représente 59% du marché mondial des spiritueux

En volume, le rythme de croissance du marché chinois devrait toutefois ralentir à 54% dans l'intervalle 2011-2015, contre +140% entre 2006 et 2010. La consommation à Hong Kong, plaque tournante du vin en Asie et premier territoire consommateur par rapport à sa population, devrait passer de 4,6 litres par habitant et par an à 6,7 litres en 2015. Au total, le marché mondial du vin a crû de 9% entre 2006 et 2010 en valeur (dépenses réelles des consommateurs). Il devrait progresser d'autant au cours des prochaines années pour atteindre 175,5 milliards de dollars (132,3 milliards d'euros) en 2015.

Côté producteurs, la France, l'Italie et l'Espagne forment toujours le trio de tête (devant les États-Unis) avec environ 50% de la production mondiale. À noter l'entrée de la Chine dans les dix premiers avec une montée en puissance qui devrait lui permettre d'occuper en 2015 la 6e place. L'Italie, l'Espagne et la France sont les premiers exportateurs en volume, mais la France tient la corde en valeur (8,4 milliards en 2010) et devrait conserver son rang «notamment parce que le marché français décline et que les producteurs sont obligés de se tourner vers l'étranger», souligne Robert Beynat.

Les ventes en Asie se font sur des segments de prix assez élevés (plus de 5 USD), ce qui explique la bonne tenue des vins français (Bordeaux, Bourgogne, Champagne). «Mais il ne faut pas faire les mêmes bêtises que par le passé, le Bordeaux c'est bien, mais il faut aussi des vins de Loire, d'Alsace, etc» pour accompagner la massification et la diversification de la consommation en Asie, rappelle Robert Beynat. Enfin concernant les spiritueux, l'Asie-Pacifique (Chine en tête) représente 59% du marché mondial en comptant les produits locaux (50% de la consommation). Le whisky, le rhum, la tequila et le Cognac/Armagnac (+13% escomptés entre 2011 et 2015) sont en progression.

(L'essentiel Online/AFP)

Marché mondial en croissance

Au total, le marché mondial du vin a crû de 9% entre 2006 et 2010 en valeur (dépenses réelles des consommateurs). Il devrait progresser d'autant au cours des prochaines années pour atteindre 175,5 milliards de dollars (132,3 milliards d'euros) en 2015.

Vinexpo, qui se tient les années impaires à Bordeaux, réunira cette année à Hong Kong plus de 1 000 exposants venus de 30 pays. Le salon attend de 14 à 15 000 visiteurs professionnels d'Asie-Pacifique.

Ton opinion