Selon le comité 6670 – Les études coûtent 970 euros par mois
Publié

Selon le comité 6670Les études coûtent 970 euros par mois

LUXEMBOURG – Le comité 6670 a présenté vendredi une étude sur les conditions de vie des étudiants au Grand-Duché.

Quel est le coût de la vie pour les étudiants luxembourgeois? C’est à cette question que voulait répondre le comité 6670, qui se bat depuis plusieurs mois contre le projet de réforme des bourses. Le comité a publié vendredi les résultats d’un sondage représentatif, mené auprès de 1 614 étudiants, soit 10% du total, en collaboration avec le Centre information jeunes.


90% des étudiants estiment que le système actuel permet d’encourager les jeunes à faire des études.

Les étudiants qui résident chez leurs parents dépensent en moyenne 430 euros par mois. Les autres doivent tabler sur une dépense mensuelle de 970 euros.

Seulement 16% des étudiants vivent encore chez leurs parents, tandis que 44% vivent dans un appartement, 32% en collocation et 8% en résidence universitaire.

Un bon tiers (37%) des étudiants ne peuvent pas compter sur une aide financière des parents. Ils financent leurs études via un crédit CEDIES ou un job pendant l’année universitaire.

Près de la moitié (41%) des étudiants interrogés craignent qu’avec la réforme du gouvernement, les parents aient plus d’influence sur leur cursus universitaire, du fait de la plus grande dépendance financière.

Parmi les pays étrangers étudiés, c’est en Suisse que le coût de la vie est le plus élevé, et en Allemagne qu’il est le moins onéreux. Concernant les loyers, Paris et Londres sont les villes les plus chères.

61% des étudiants interrogés ont des parents sans diplôme universitaire. Seulement 17% ont deux parents ayant fait des études.

Les étudiants luxembourgeois abandonnent plus souvent les études que leurs collègues européens, et changent plus facilement d’université ou de discipline.

Plus les parents sont riches, plus les enfants étudient à l’étranger. Un tiers de ceux dont les parents ont un revenu inférieur à 2 000 euros étudient au Grand-Duché. Contre 13% pour ceux dont les parents gagnent entre 7 701 et 9 600 euros par mois.

Remise en cause d'un modèle qui a fait ses preuves

La bourse de mobilité, prévue par le gouvernement, pénaliserait selon le comité 6670 principalement les étudiants des classes les moins favorisées. L’attribution de cette aide étant couplée au paiement d’un loyer ou à la réalisation des études à l’étranger, elle engendrerait des complications pour ceux qui étudient toujours au Luxembourg mais qui n’habiteraient plus chez les parents. Ceux-là ne pourraient pas compter sur la bourse de mobilité, et donc se passer de 2 000 euros par mois. La bourse sur critères sociaux est également critiquée, car seulement 5,3% des étudiants en bénéficieraient, selon les calculs du comité.

Le comité demande donc de nouveau au gouvernement de revoir sa copie sur sa réforme des bourses. Il craint la remise en cause «d’un modèle qui a fait ses preuves», à cause d’une réforme qui ne tiendrait pas suffisamment compte des besoins réels, de la justice sociale et menacerait l’indépendance des étudiants. Mais le secrétaire d’État à l'Enseignement supérieur, Marc Hansen, a déjà mis en doute la représentativité de l’étude.

(jt/L'essentiel)

Ton opinion