Yves Mersch – Les eurobonds envisageables pour les «AAA»

Publié

Yves MerschLes eurobonds envisageables pour les «AAA»

Le gouverneur de la banque centrale du Luxembourg s'est prononcé jeudi en faveur de la création d'euro-obligations mais seulement pour les pays bénéficiant du «AAA» des agences d'évaluation financière.

«Selon moi, les euro-obligations sont envisageables pour les pays bénéficiant du AAA», a dit M. Mersch au cours d'une conférence organisée par la BZ Bank à Luxembourg. Ce serait «l'embryon d'une union axée sur la stabilité financière», a-t-il dit. Le gouverneur de la banque centrale du Luxembourg a précisé qu'il n'était pas un «ardent supporter» des euro-obligations pour résoudre la crise de la dette en Europe. Il a souligné que si un pays perdait son statut AAA «il devrait alors rembourser toute la dette». Parmi les 17 pays qui composent la zone euro, six (Allemagne, Autriche, Finlande, France, Luxembourg et Pays-Bas) bénéficient d'un AAA.

La chancelière allemande, Angela Merkel, a répété jeudi à Francfort que l'idée d'obligations européennes serait «une absurdité». Le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a confirmé de son côté, mercredi, que ses services allaient prochainement présenter une étude sur les options possibles en vue de créer des euro-obligations. «Je veux confirmer que la Commission va bientôt présenter des options sur l'introduction des euro-obligations», a-t-il dit au Parlement européen, précisant que «certaines pourront être mises en œuvre dans le cadre du traité (européen) actuel, d'autres nécessiteront un changement de traité».

(L'essentiel Online/AFP)

Les euro-obligations, un mécanisme de mutualisation des dettes entre pays de la zone euro, sont présentées par leurs promoteurs comme le seul moyen pour l'Union monétaire de régler durablement la crise de la dette. Les euro-obligations sont refusées par le gouvernement allemand, qui y voit le risque d'encourager le laxisme des pays qui affichent de lourds déficits. La France n'y est pas opposée sur le principe, mais l'exclut dans l'immédiat.

Ton opinion