Manifestation à Bruxelles – Les Femen sur la voiture du ministre tunisien

Publié

Manifestation à BruxellesLes Femen sur la voiture du ministre tunisien

Ce mardi, des militantes belges se sont précipitées sur la voiture d'Ali Larayedh, chef du gouvernement tunisien, qui sortait du bâtiment de la Commission européenne.

Ce mardi, José Manuel Barroso s'est exprimé à l'issue d'un entretien à Bruxelles avec le chef du gouvernement tunisien, Ali Larayedh. À peine la conférence de presse terminée, trois militantes belges appartenant au groupe féministe Femen ont tenté de bloquer le cortège en se précipitant sur sa voiture qui sortait du bâtiment de la Commission européenne. Les trois militantes, seins nus, qui scandaient "Libérez Amina" et "Stop à l'oppression", ont été rapidement interpellées.

Elles avaient inscrit sur leur torse et leur dos le nom des trois militantes européennes des Femen (deux Françaises et une Allemande) condamnées à 4 mois de prison ferme après avoir manifesté seins nus à Tunis pour exiger la libération de la militante féministe tunisienne Amina Sbouï. Cette militante tunisienne des Femen a été arrêtée le 19 mai, après avoir tagué le muret d'un cimetière musulman pour protester contre un rassemblement salafiste à Kairouan (centre). Elle risque deux ans de prison pour profanation de sépulture et six mois pour atteinte aux bonnes mœurs. Ces peines peuvent être considérablement alourdies si Amina est reconnue coupable d'avoir agi en bande organisée.

«Les provocations peuvent nuire au droit à la liberté d'expression»

Les militantes belges avaient également inscrit sur leur peau les noms du rappeur Weld El 15, condamné à deux ans de prison ferme pour une chanson intitulée "Boulicia Kleb" (les policiers sont des chiens) qui lui avait valu d'être inculpé notamment de «complot pour commettre des violences contre des fonctionnaires» et «d'outrage à la police», et du blogueur Jabeur Mejri, un militant athée, condamné en mars 2012 à sept ans et demi de prison ferme pour avoir publié sur sa page Facebook des caricatures du prophète Mahomet.

Dans un communiqué, Femen Belgique a demandé «la libération des prisonnier-e-s politiques, des activistes mais aussi du rappeur Weld El XV, du blogueur Jabeur Mejri ainsi que de toutes les personnes enfermées pour avoir fait usage de leur liberté d'expression». «Les provocations peuvent parfois nuire au droit à la liberté d'expression mais nous réaffirmons que nous respectons la liberté d'expression», a réagi un porte-parole de la Commission européenne, interrogé plus tard sur cet incident.

(L'essentiel Online/AFP)

Barroso plaide pour une révision du code pénal

Le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a demandé mardi à la Tunisie de réviser son code pénal afin de garantir la liberté d'expression pour tous les Tunisiens, alors que le gouvernement tunisien est souvent accusé d'user de la machine judiciaire pour la restreindre. «L'UE appelle à la révision des dispositions héritées du régime précédent, notamment dans le code pénal, afin de garantir la liberté d'expression des Tunisiennes et des Tunisiens», a dit M. Barroso au cours d'une conférence de presse à l'issue d'un entretien à Bruxelles avec le chef du gouvernement tunisien, Ali Larayedh. «La réforme de la justice pour asseoir son indépendance et son impartialité est une œuvre de longue haleine indispensable pour ancrer la démocratie», a insisté M. Barroso.

Ton opinion