En Allemagne – Les femmes toujours moins payées que les hommes

Publié

En AllemagneLes femmes toujours moins payées que les hommes

Des chiffres publiés mercredi par l'Office fédéral des statistiques indiquent que les femmes gagnent un cinquième de moins que les hommes en Allemagne.

Les femmes allemandes sont plus souvent employées dans des secteurs et à des postes qui paient moins.(photo: afp)

Les femmes allemandes sont plus souvent employées dans des secteurs et à des postes qui paient moins.(photo: afp)

Le différentiel brut de salaire entre hommes et femmes en Allemagne atteignait 21% l'an dernier, selon l'Office fédéral des statistiques, un point de moins que l'année précédente, mais toujours au-dessus de la moyenne européenne, qui était de 16,5% en 2014 selon des données d'Eurostat. Depuis dix ans, l'écart en Allemagne n'a pratiquement pas bougé: en 2006 il était de 23%.

Dans les régions d'ex-RDA communiste, où, même 25 ans après la Réunification, les femmes travaillent toujours plus que celles de l'Ouest et plus souvent à temps plein, il est nettement moins élevé (8%) qu'à l'Ouest (23%). Les femmes allemandes sont plus souvent employées dans des secteurs et à des postes qui paient moins, et plus souvent à temps partiel, explique l'Office.

La Slovénie, pays le plus juste

Le taux d'activité des femmes en Allemagne, longtemps à la traîne du fait de la prévalence de modèles familiaux traditionnels à l'Ouest et de structures de garde insuffisantes pour les petits, a beaucoup augmenté ces dernières années. Mais pour beaucoup de mères de famille le travail à temps partiel reste la norme. Environ deux tiers de l'écart est imputable à ces différences structurelles, selon l'Office.

Le dernier tiers, soit un écart de 7%, est la différence entre hommes et femmes à qualification et poste équivalent, une discrimination connue sous le nom de «gender pay gap». Selon les chiffres d'Eurostat c'est dans l'Union européenne la Slovénie qui affiche le différentiel hommes-femmes le moins important, et l'Estonie le plus élevé

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion