A Esch: Les Francos ont pris leurs marques au Gaalgebierg

Publié

A EschLes Francos ont pris leurs marques au Gaalgebierg

ESCH-SUR-ALZETTE – Le coup d'envoi de la première édition grand format des Francofolies a été donné, ce vendredi.

par
Cédric Botzung
1 / 19

Julien Garroy

Julien Garroy

Julien Garroy

Après une édition soumise aux contraintes sanitaires et une jauge de 500 personnes assises l'an dernier, les Francofolies d'Esch pouvait enfin proposer un festival grand format. De retour de sa tournée américaine, Francis of Delirium lançait ses saillies indie-rock devant un public encore clairsemé. Mais à n'en pas douter, la formation luxembourgeoise maîtrise son sujet.

Changement d'ambiance avec Lala &ce, pour le premier show de la journée sur la grande scène. La Française distillait son rap coquin et vénéneux. L'énergie et la vibe américaine de la rappeuse, accompagnées des premiers rayons de soleil, convainquaient malgré le manque d'affluence.

PNL en retard

Après que Charles, la gagnante de The Voice Belgique 2019, eut présenté son second album avec une belle énergie rock, Juliette Armanet «brûlait le feu» sur la grande scène. Épaulée par de bons musiciens, la Française déployait une énorme énergie, et affichait une présence scénique incroyable, navigant entre pop, disco, funk et rock avec aisance. Seulement accompagné par un pianiste, le prodige électro Thylacine offrait au public de la petite scène une odyssée organique, parsemée de quelques boucles de saxo.

Attendu par 3000 fans, PNL s'est fait attendre sur la grande scène. Le duo parisien, qui avait interdit les photographes, attaquait avec 65 minutes de retard, nourrissant son mythe. Mais, devant un public totalement acquis à sa cause qui hurlait toutes les paroles, les «Deux Frères» livraient un show costaud, les visuels et lumières dessinant leur univers si particulier.

Ton opinion

0 commentaires