Luxembourgeois en Ukraine – Les frères Thill veulent «fuir et passer la frontière»

Publié

Luxembourgeois en UkraineLes frères Thill veulent «fuir et passer la frontière»

Les frères Olivier et Vincent Thill, joueurs de foot professionnels à Poltava en Ukraine, tentent de quitter le pays. Olivier s’est confié jeudi soir à «L’essentiel»

Olivier et Vincent Thill vont tenter de quitter l'Ukraine.

Olivier et Vincent Thill vont tenter de quitter l'Ukraine.

L'essentiel: Dans quelle situation vous trouvez-vous?

Olivier Thill: Je suis toujours à Poltava. À la maison. Ici c’est calme. On s’attend à ce qu’il y ait à nouveau des attaques. J’espère qu'il n'en y aura pas ici comme ça j'essayerai demain matin de partir à Lviv en voiture.

Pour l’instant, avez-vous entendu des attaques?

Il y en a beaucoup, mais moi, personnellement, je n’ai rien entendu. On a juste vu les vidéos mais moi, je répète, jen’ai rien entendu.

Vous êtes avec votre frère Vincent?

Oui, on est ensemble et on va partir ensemble. On avait entendu parler d’un bus de l’équipe. Mais non, il n’y aura pas de bus. On avait essayé de voir avec le train ce soir (jeudi) mais je pense qu’on va rester ici ce soir, et demain, on partira avec deux voitures.

Avez-vous du carburant?

Je suis allé faire le plein et on a rempli des bouteilles et voilà... Demain, on verra pour la route. J’espère que ça va tenir.

Cela doit être très inquiétant pour vous et votre famille…

Oui ce n’est pas une situation adéquate, c’est clair. Tout le monde se fait du souci. Je veux juste retourner au Luxembourg, être avec ma famille et oublier tout ça le plus vite possible.

On imagine que vous regardez ce qui se passe via Internet. Sentez-vous que c’est la guerre autour de vous?

Oui, c’est sûr. C’est la crise dehors. On le voit bien. Le reste n’a aucune importance. On essaie juste de se sauver. De sauver la famille, les amis et de rentrer le plus vite possible. On ne pense qu’à ça maintenant.

Avez-vous des proches avec vous?

Moi je suis seul, mais mon frère a sa femme ici. Et il y a les amis du football. Voilà.

Les gens paniquent? Que voyez-vous à Poltava?

Il y a une queue énorme devant les banques, les supermarchés où il n’y a déjà plus rien. Aux pompes à essence, il y a une file d'une heure. C’est la catastrophe déjà ici et pourtant il n’y a pas de bombes. J’imagine les autres villes où c’est pire encore. Les gens paniquent, essaient de s’enfuir. Et voilà, c’est une situation assez merdique.

Que disent les gens? Sont-ils en colère? Apeurés?

Je n’ai pas trop parlé de ça. On essaie juste de partir le plus vite possible, de trouver une solution pour partir. Le reste cela ne sert à rien d’être fâchés, d’avoir peur. Le plus important c’est de se sauver et de rester en bonne santé.

Avez-vous assez d’aide du Luxembourg? Êtes-vous en contact avec les autorités?

On est en contact avec la sélection (la Fédération luxembourgeoise de football, ndlr) qui échange avec le gouvernement et des ambassades. Juste pour le moment ils ne peuvent rien faire, vu qu’il n’y a pas de vols en Ukraine. Ils ne peuvent que m’aider si j’arrive à dépasser la frontière vers la Pologne, la Roumanie ou je ne sais pas où. On va essayer de passer une frontière le plus vite possible. On va essayer de faire le tour par Lviv et de passer les frontières de la Pologne. En espérant que la route ne sera pas trop bloquée.

Vous laissez tout derrière vous à Poltava?

J’ai pris une valise, le plus important. Le reste, j’espère qu’on pourra revenir le chercher le plus vite possible et entamer le championnat après. Mais ce n’est pas le plus important, le plus important est de rentrer à la maison. Le reste, le foot et tout, on le met de côté. Dans cette situation très difficile, on doit s’aider, rentrer, sortir de ce pays et rentrer au Luxembourg pour moi, et dans leur pays pour les autres.

Que disent vos parents?

Ils ne sont pas trop contents qu’on soit encore ici. Ils appellent tout le temps, toutes les cinq minutes, ils veulent avoir des nouvelles. Ce n’est pas très facile pour eux.

(Recueilli par Nicolas Martin)

Ton opinion