Emploi au Luxembourg – Les frontaliers occupent 46% des emplois salariés

Publié

Emploi au LuxembourgLes frontaliers occupent 46% des emplois salariés

LUXEMBOURG - L'évolution de l’emploi salarié entre 1994 et 2018 a fait l'objet d'une étude du Liser. La proportion de frontaliers a fortement augmenté.

Les frontaliers occupent près d'un emploi salarié sur deux.

Les frontaliers occupent près d'un emploi salarié sur deux.

En 1994, 46% des emplois salariés étaient occupés par des résidents luxembourgeois, 28% par des résidents étrangers et 26% par des frontaliers. En 24 ans, la proportion entre frontaliers et résidents luxembourgeois s’est inversée. Car aujourd’hui, 46% des emplois salariés reviennent à des frontaliers, 27% à des résidents luxembourgeois et 27% à des résidents étrangers.

«Le Luxembourg a connu une forte croissance à la fin des années 80 et au début des années 90. Le Grand-Duché a dû faire appel à de la main-d’œuvre extérieure, donc frontalière, pour faire face à la pénurie», explique Kristell Leduc, chargée d’études au Luxembourg Institute of Socio-economic Research (LISER).

L’étude constate aussi un vieillissement de la population. «La part des jeunes a fortement diminué. Ils représentaient plus de la moitié des travailleurs dans l’emploi salarié en 1994 et ils sont moins d’un tiers en 2018. De plus, la part des travailleurs âgés a plus que doublé. Ils étaient 11% en 1994 et 25% en 2018», poursuit-elle. En 1994, les travailleurs résidents luxembourgeois avaient en moyenne 37,4 ans contre 34,8 ans pour les salariés résidents étrangers et 33,9 ans pour les frontaliers. En 2018, ils ont tous atteint l’âge moyen de 41 ans.

Le reportage de «L'essentiel Radio»:

(Patrick Théry/L'essentiel)

La question des pensions

Selon le dernier rapport de l’Inspection générale de la sécurité sociale (IGSS), en 2023 les dépenses de la Caisse nationale d’assurance pension seront supérieures à ses recettes. Et si aujourd’hui, 170 000 personnes touchent une pension du système général, ils seront 270 000 en 2030, puis 490 000 en 2060. Selon l’IGSS, les réserves (plus de 16 milliards d’euros) seront épuisées en 2043. Les assurances de pension complémentaire apparaissent de plus en plus nécessaires aux salariés.

Ton opinion