«Les gens remarquent plus le collant que la jupe»
Publié

«Les gens remarquent plus le collant que la jupe»

LUXEMBOURG - Chez Jean-Pierre, Madame porte le pantalon et... Monsieur la jupe!

En jeans, coton, courtes ou longues, dans son armoire, Jean-Pierre a six jupes. Il a rejoint le club grandissant des hommes décomplexés qui, en hiver, hésitent entre du 20 ou du 60 deniers.

Jean-Pierre ne revendique pas le port de la jupe. Il se contente de la porter. Depuis quatre ans. Au début par jeu puis par plaisir. Au supermarché, dans la rue, jusqu'à la pointeuse du bureau où il la troque contre le costume-cravate de rigueur. La tentative de porter la jupe au-delà de ce point ayant promptement avorté. En fait, il n'y a guère que pour bricoler que Jean-Pierre préfère le pantalon.

Pour les achats, il passe par la vente par correspondance ou les grandes surfaces. «Certaines boutiques pour hommes en vendent, mais... pourquoi acheter une jupe d'homme à 200 euros alors que celles de femmes sont à 25?», raisonne-t-il.

Quant à l'acceptation, «bien souvent, les gens ne réalisent pas que je suis en jupe, c'est le collant qu'ils remarquent». Certains sont alors «amusés, d'autres vexés, fâchés, d'autres encore trouvent ça bien». Son épouse, elle, n'est encore que très moyennement convaincue.

Reste à faire passer la jupe dans les mœurs. «J'ai demandé à un ami algérien, qui me trouvait hors norme, si les djellabas le choquaient. Il m'a répondu: "Ah, tiens! non"».

Séverine Goffin

Ton opinion