Au Luxembourg – Les hôpitaux s'adaptent au multilinguisme
Publié

Au LuxembourgLes hôpitaux s'adaptent au multilinguisme

LUXEMBOURG - Les hôpitaux du pays ne sont pas totalement perdus devant des patients qui ne parlent pas luxembourgeois.

Au Centre hospitalier de Luxembourg, «le français, l'allemand et le luxembourgeois font l'objet de cours pour tout le personnel» et 31 autres langues peuvent aussi être prises en charge.

Au Centre hospitalier de Luxembourg, «le français, l'allemand et le luxembourgeois font l'objet de cours pour tout le personnel» et 31 autres langues peuvent aussi être prises en charge.

Editpress

Dans une réponse parlementaire, la ministre de la Santé, Lydia Mutsch, met en exergue les initiatives dans les établissements hospitaliers qui ont pour objet de cultiver la compréhension entre soignants et soignés dans la langue de préférence du patient. «Certes, nous ne maîtrisons pas toutes les langues parlées par nos patients, mais nous misons sur la mixité linguistique de nos équipes et des formations pour améliorer nos compétences», confirme-t-on au sein du groupe Hôpitaux Robert Schuman.

Un sentiment également partagé par le Centre hospitalier de Luxembourg. «Le français, l'allemand et le luxembourgeois font l'objet de cours pour tout le personnel, administratif, soignant...», assure Damien George, directeur adjoint du CHL. «En outre, nous sommes compétents pour 31 autres langues comme le mandarin (Chine) ou encore le wolof (Sénégal). Nous disposons d'un outil informatique qui nous permet de contacter le personnel idoine en fonction de la langue du patient».

S'il ne nie pas les efforts effectués par les hôpitaux, Alain Schmit, président de l'Association des médecins et médecins-dentistes (AMMD), est plus nuancé dans ses propos: «La barrière linguistique reste un problème dans le pays, notamment aux urgences, avec un personnel réduit, confronté à des populations qui ne parlent ni luxembourgeois, ni français, ni anglais, ni allemand, assure-t-il. La loi sur l'obligation d'informer le patient est dès lors difficile à appliquer».

(Gaël Padiou/L'essentiel)

Ton opinion