Est de l'Ukraine: Les hot-dogs, le petit plaisir des soldats

Publié

Est de l'UkraineLes hot-dogs, le petit plaisir des soldats

Près du front, cet en-cas est très apprécié des combattants qui affrontent l'armée russe. Certaines stations-service offrent gratuitement des hot-dogs aux hommes en uniforme, ce qui provoque de longues files d'attente.

Ukrainian servicemen warm themselves next to their tank at a position near Bakhmut, Donetsk region, on November 30, 2022, amid the Russian invasion of Ukraine. (Photo by ANATOLII STEPANOV / AFP)

AFP

Chaque matin, sur les routes qui mènent au front dans l'Est de l'Ukraine, on peut voir des soldats démarrant leur camion, armés de café chaud et de hot-dogs tout frais. Glissé dans un petit pain, grillé sur une presse à sandwiches et servi avec toutes sortes de condiments, le hot-dog ukrainien se trouve dans toutes les stations-service, kiosques et boulangeries du pays.

«Une armée marche avec son estomac», aurait dit Napoléon Bonaparte selon la légende. En Ukraine, c'est souvent avec une bonne saucisse fraîche qu'on se nourrit. Près du front, cet en-cas est très apprécié des combattants qui affrontent l'armée russe. Certaines stations-service offrent gratuitement des hot-dogs aux hommes en uniforme, ce qui provoque de longues files d'attente.

«C'est comme une tradition de venir ici pour un arrêt ravitaillement, boire une bonne tasse de café et déguster un hot-dog», observe Casper, surnom d'un soldat de 57 ans qui se bat dans le Donbass ukrainien. Avant la guerre, la femme de Casper n'appréciait pas trop les hot-dogs et ne le laissait pas en manger. Mais c'était avant. «Ma femme dit que ce n'est pas de la nourriture», sourit-il. «J'avais l'habitude de manger des plats cuisinés à la maison mais maintenant, voyez-vous, je mange des hot-dogs et elle ne le sait pas».

Casper n'est pas le seul à avoir changé ses habitudes alimentaires et ses choix diététiques depuis l'invasion russe en Ukraine fin février qui a poussé des centaines de milliers d'hommes à prendre les armes. José, nom de guerre d'un militaire du génie dans le Donbass, aime ajouter de la mayonnaise, de la moutarde et du ketchup à son hot-dog du matin. Dans une vie antérieure, il faisait beaucoup de sport et s'employait à rester mince: plutôt que le petit pain blanc d'aujourd'hui, il choisissait souvent du pain complet. «Avec l'artillerie, (le type de pain) n'a aucune importance», plaisante-t-il entre deux bouchées.

Pas le temps de cuisiner

D'autres choisissent leur hot-dog matinal moins par goût que par facilité. «Je préfère le borchtch, mais je n'ai jamais le temps ni personne pour m'en cuisiner un vrai», confesse un policier de la ville de Kramatorsk qui ne souhaite pas donner son nom pour des raisons de sécurité. «D'habitude, vous attrapez simplement ce qu'il y a sous la main», poursuit-il. «Ici, nous ne pouvons pas être trop exigeants, pour dire la vérité» et un hot-dog est en général l'option «la plus rapide».

«C'est le plus populaire, rien ne peut le remplacer», assure Olena, responsable d'une station-service de Kramatorsk. Sa boutique vend jusqu'à 50 saucisses par jour aux soldats, aux policiers et à d'autres clients, ajoute-elle. La plupart des hot-dogs coûtent entre 40 et 70 hryvnias pièce (1 à 1,80 euro) et le menu offre une longue liste de propositions pour la viande: saucisses de beuf, de poulet, aux épices etc. Le rituel matinal du café avec un hot-dog offre une convivialité qui aide à supporter l'atmosphère d'incertitude générale des combats, explique un autre soldat, surnommé Bumble Bee.

«Lorsque nous venons ici, nous sommes toujours de bonne humeur», confie-t-il à l'AFP. «En buvant du café et en mangeant un hot-dog, c'est un peu comme si nous revenions à la maison».

(AFP)

Ton opinion

4 commentaires