Dans le Pacifique – Les îles Tonga dévastées après le tsunami?
Publié

Dans le PacifiqueLes îles Tonga dévastées après le tsunami?

Trois jours après l’éruption volcanique, des agences internationales tentent d’estimer les dégâts. Une tâche difficile car le pays est coupé du réseau Internet.

Les agences internationales chargées d’évaluer les dommages causés aux îles Tonga par la puissante éruption sous-marine ayant provoqué un tsunami, qui a fait au moins un mort, ont fait état, mardi, de «dégâts considérables». «D’après le peu d’informations dont nous disposons, l’échelle de la dévastation pourrait être immense, spécialement dans les îles les plus isolées», a déclaré Katie Greenwood, de la Fédération internationale de la Croix-Rouge.

Les premières estimations de l’ampleur de la crise ont été transmises par téléphone satellitaire ou établies grâce à des survols de reconnaissance au-dessus d’un pays coupé du réseau Internet, après la rupture d’un câble. Aucun bilan humain n’a été dévoilé mais le corps d’une Britannique emportée par une vague de tsunami a été retrouvé, a annoncé sa famille. Au moins une autre personne est portée disparue dans l’archipel. La première victime confirmée est une femme de 50 ans, Angela Gover, sortie courir avec son chien et portée disparue, peu après le raz-de-marée.

«Aujourd’hui, ma famille a malheureusement appris que le corps de ma sœur Angela a été retrouvé», a annoncé son frère Nick Eleini, après avoir été averti par le mari de la victime, James Glover. «James a pu s’accrocher à un arbre pendant assez longtemps, mais Angela n’a pas pu en faire autant et a été emportée avec le chien», a-t-il raconté au quotidien britannique The Guardian.

«Des dégâts considérables»

L’Australie et la Nouvelle-Zélande, qui ont envoyé des avions de reconnaissance Orion au-dessus des Tonga la veille, tiennent des navires d’aide prêts à être déployés. La capitale Nuku’alofa a été recouverte de deux cm de cendres et de poussières volcaniques, décrit le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU (BCAH) dans un rapport d’urgence. L’électricité a été restaurée dans certains quartiers de la ville. Le réseau téléphonique local est aussi rétabli, mais les communications internationales sont interrompues. Des rochers et des débris ont été aussi emportés par le tsunami vers l’intérieur des terres, endommageant le front de mer de Nuku’alofa.

Mais l’agence s’inquiète plus particulièrement de la situation sur l’île de basse altitude Mango, où des «dégâts immobiliers importants» ont été repérés et où un signal de détresse a été déclenché, ainsi que sur l’île de Fonoi. Le BCAH rapporte des «dégâts considérables» sur les plages occidentales de l’île principale, Tongatapu, «avec plusieurs complexes balnéaires et/ou maisons détruits et/ou gravement endommagés».

(L'essentiel/afp)

Ton opinion