Philippe Mersch – «Les jeunes changent assez vite de voiture»
Publié

Philippe Mersch«Les jeunes changent assez vite de voiture»

LUXEMBOURG - Philippe Mersch, président de la Fédération des distributeurs automobiles et de la mobilité (Fedamo), est l'invité de la «Story» de «L'essentiel Radio» cette semaine.

Philippe Mersch préside la Fedamo depuis près de six ans.

Philippe Mersch préside la Fedamo depuis près de six ans.

Editpress

Épisode 5 - La séquence du 21 janvier

L'Autofestival, qui débute le 24 janvier, est né d'une volonté de plusieurs concessionnaires de s'associer pour proposer un Salon de l'automobile au Luxembourg. «Une activité pour faire parler d'eux. Cela a très bien fonctionné, la preuve, on en est à la 58e édition» souligne Philippe Mersch. Ce dernier insiste sur l'importance de rencontrer le concessionnaire, qui met en place un «relationnel typiquement luxembourgeois».

L'Autofestival est également l'occasion de parler aux jeunes clients. Selon Philippe Mersch, ces derniers privilégient des locations sur des courtes durées, pour ne pas s'engager. «On remarque que les jeunes changent assez rapidement de véhicules», affirme le président de la Fedamo.

Pour lui, un véhicule neuf avec un coût mensuel n'est pas toujours plus onéreux qu'une voiture d'occasion. Un marché de l'occasion qui se porte bien au Luxembourg, même si l'offre des concessionnaires connaît actuellement des difficultés.

«Un artiste de ma jeunesse»

Épisode 4 - La séquence du 20 janvier

Alors que l'«Autofestival» se tient du 24 janvier au 5 février, Philippe Mersh évoque les difficultés actuelles du marché européen de l'automobile. Au Luxembourg, la situation est moins inquiétante que dans les pays frontaliers. «On a vendu beaucoup de voitures, mais il y a d'énormes retards de livraison. On est optimiste. Les gens achètent mais ça ne se voit pas dans les immatriculations», explique le président de la Fedamo.

Ce sont précisément ces délais de livraison allongés qui inquiètent les professionnels du secteur, qui s'attendent à une amélioration pour le deuxième semestre. «On espère retrouver la normalité en 2023». Malgré ces difficultés actuelles, l'Autofestival reste, selon Philippe Mersch, un moment pour faire une bonne affaire. Des actions commerciales autour des nouveaux modèles et le niveau des taux d'intérêt des prêts automobiles devraient inciter la clientèle à franchir le pas.

«J'ai vu ce film six ou sept fois»

Épisode 3 - La séquence du 19 janvier

Encore rares sur le marché il y a quelques années, les véhicules électriques convainquent de plus en plus de nouveaux consommateurs. Une tendance confirmée par le président de la Fedamo. «On le voit clairement dans les chiffres, les véhicules électrifiés représentaient 36,8% des nouvelles immatriculations en 2021», précise-t-il. Qu'entend-on par véhicules «électrifiés»? Le terme englobe les motorisations hybrides, hybrides rechargeables et 100% électriques.

Si l'on se concentre sur le 100% électrique, la part des nouvelles immatriculations est autour de 10,5% pour l'année écoulée. «Aujourd'hui, il y a un choix immense pour le client. Les constructeurs se ruent vers l'électrique, et ça va continuer», ajoute celui qui dispose d'un véhicule à motorisation hybride rechargeable.

«J'écoute ce type de musique à la radio»

Épisode 2 - La séquence du 18 janvier

Si le nom «Autofestival» est une marque déposée, ce n'est pas le cas de son modèle, qui a été repris pour la première fois en Belgique, du 15 au 23 janvier, pour faire face à l'annulation du Salon de l'auto de Bruxelles. «C'est un concept qui fait des jaloux dans les pays frontaliers parce que ça fonctionne depuis 58 ans», précise Philippe Mersch. Avant d'ajouter: «On est content que cela soit une solution de repli pour la Belgique, car le Salon de Bruxelles est important».

Au Luxembourg, le président de la Fedamo affirme que les concessionnaires ne manquent pas de stock. Cependant, les délais de livraison inquiètent certains consommateurs. Selon Philippe Mersch, le délai d'attente moyen d'une voiture produite en Europe, se situe entre deux et trois mois. Un laps de temps qui s'allonge très nettement pour certaines autres marques, ou certains modèles spécifiques, et qui peut atteindre, voire dépasser, un an.

«La première cassette que j'ai mise dans mon walkman»

Épisode 1 - La séquence du 17 janvier

Président de la Fédération des distributeurs automobiles et de la mobilité (Fedamo) et cogérant du garage Kremer, à Mersch, Philippe Mersch est l'invité de la «Story» de L'essentiel Radio cette semaine. Ce dernier est revenu sur la tenue de l'Autofestival, qui débute le 24 janvier.

«On a une carte à jouer. L'Autofestival est important pour le secteur automobile. Pour nous, c'est un baromètre pour le secteur et pour l'économie luxembourgeoise», affirme Philippe Mersch, qui observe de près le marché et son évolution. La crise, mais également le télétravail, ont inexorablement bouleversé la situation.

«Les gens utilisent moins leur voiture, on le voit très bien. Les ventes sont en baisse et on le voit aussi dans les ateliers», précise-t-il. Quelles sont les modèles préférés des résidents luxembourgeois? «À Luxembourg, on a tendance à vendre des véhicules plus «premium» que dans les pays voisins, et il s'agit plutôt de marques allemandes... ajoute-t-il.

«Je ne suis pas fan de Lady Gaga mais ce morceau m'a touché»

La «Story»

Comment retrouver l'émission de Jean-Luc Bertrand?

L'essentiel Radio: Du lundi au vendredi à trois reprises durant la journée (9h40 / 15h20 / 18h20).

lessentiel.lu: Un nouvel épisode est ajouté à l'article de la semaine du lundi au vendredi.

Archive Web: Dans notre dossier vous trouverez les anciennes storys.

L'essentiel: Le meilleur de la semaine est à retrouver dans notre journal de vendredi.

(L'essentiel)

Ton opinion