Emploi au Luxembourg – Les jeunes hommes incités à travailler dans le social
Publié

Emploi au LuxembourgLes jeunes hommes incités à travailler dans le social

LUXEMBOURG – La ministre de l'Égalité entre les femmes et les hommes a lancé ce mercredi, le projet «Social Boys» pour faire augmenter le nombre d'hommes qui travaillent dans les crèches ou maisons relais.

par
Olivier Loyens
Joao Paulo, 17 ans, travaille comme bénévole à la maison relais de Dalheim, dont la chargée de direction est Cindy Hayum.

Joao Paulo, 17 ans, travaille comme bénévole à la maison relais de Dalheim, dont la chargée de direction est Cindy Hayum.

L'essentiel

Au Luxembourg, il n'y a que trop peu d'hommes dans les métiers du social. Les femmes représentent 85% des emplois dans l'éducation non formelle des enfants. Afin de réduire ce déséquilibre, Taina Bofferding, la ministre de l'Égalité entre les femmes et les hommes a lancé ce mercredi le projet «Social Boys» au Forum Geesseknäppchen à Luxembourg. Il consiste à permettre à des adolescents âgés de 14 ans ou plus à travailler de manière bénévole dans une structure sociale (exemple: crèche, maison relais), deux à quatre heures par semaine, pendant une période de trois à six mois.

«Nous avons pour le moment neuf participants, âgés de 14 à 17 ans, indique Alex Carneiro, membre du service d'information infoMann, qui met en œuvre le projet avec le ministère, le Lycée technique pour professions éducatives et sociales (LTPES) et le Daachverband vun de Lëtzebuerger Jugendstrukturen (DLG). Nous avons 20 places au total jusqu'à fin octobre, les garçons qui sont sont intéressés peuvent encore s'inscrire».

«J'aime travailler avec les enfants»

Luis, 17 ans, fait partie des inscrits. Le lycéen explique qu'il a voulu participer au projet pour «avoir plus d'informations» sur le secteur social. «J'aime travailler avec les enfants, j'ai déjà fait un stage d'une semaine dans une crèche», précise le résident de Diekirch.

De son côté, Joao Paulo, 17 ans, a signé un contrat de bénévolat avec une maison relais à Dalheim, avant même le lancement de «Social Boys». «Je suis bénévole depuis un an, explique-t-il. Après le lycée, je viens travailler pendant deux-trois heures à la maison-relais. Je veux devenir éducateur plus tard, c'est important pour moi d'accumuler de l'expérience». Joao Paulo prévoit après sa cinquième année de faire un apprentissage d'auxiliaire de vie, avant de passer le diplôme d'éducateur.

À noter que le bénévolat réalisé dans le cadre de «Social Boys» sera valorisé par un certificat.

Ton opinion

8 commentaires