Au Luxembourg – Les kinés des réseaux de soins se disent inquiets

Publié

Au LuxembourgLes kinés des réseaux de soins se disent inquiets

LUXEMBOURG - Pour une quarantaine de salariés, cette fin d’année est aussi synonyme d’incertitude dans les réseaux de soins.

La nouvelle convention entre l’Association luxembourgeoise des kinés (ALK) et la Caisse nationale de santé (CNS)  comporte des articles qui font craindre le pire aux kinés salariés des réseaux de soins et d’aide à domicile.

La nouvelle convention entre l’Association luxembourgeoise des kinés (ALK) et la Caisse nationale de santé (CNS) comporte des articles qui font craindre le pire aux kinés salariés des réseaux de soins et d’aide à domicile.

Illustration

Dès le 1er janvier, une nouvelle convention entre l’Association luxembourgeoise des kinés (ALK) et la Caisse nationale de santé (CNS) doit entrer en vigueur. Discutée dans les dernières semaines de cette année, elle comporte, pour l’instant, des articles qui font craindre le pire aux kinés salariés des réseaux de soins et d’aide à domicile.

«La nouvelle convention stipule que les kinés salariés des réseaux ne peuvent plus prendre en charge d’autres actes que ceux de l’assurance dépendance. Or, les actes de la nomenclature des kinés, hors assurance dépendance, représentent pour nous 25 % de l’activité», confie un kiné.

«Un malentendu»

Pour le président de l’ALK, Jean-Louis Fattori, «il y a un malentendu sur l’interprétation à donner à l’article 1. Nous sommes en train de discuter pour trouver une solution pour tous les patients actuellement pris en charge par les kinés salariés des réseaux».

Du côté de la Croix-Rouge, qui gère le réseau HELP, le directeur, Michel Simonis, se veut rassurant pour ses salariés. «La convention prévoit une dérogation pour les kinés salariés des réseaux. La question est de savoir si elle sera permanente ou pour une période transitoire de deux ans», soutient-il.

En tout cas, de son côté, la Croix-Rouge assure que ses salariés n’ont rien à craindre pour leur avenir dans le contexte de cette convention entre la CNS et l’ALK. À quelques jours de son entrée en vigueur, les discussions vont encore bon train.

(Patrick Théry/L'essentiel)

Ton opinion