Au Luxembourg – Les langues restent un défi dans l'éducation
Publié

Au LuxembourgLes langues restent un défi dans l'éducation

LUXEMBOURG - Le deuxième rapport national sur l'éducation a été publié ce vendredi. Il pose un regard sur le système éducatif et ses défis.

Le deuxième rapport sur l'éducation au Luxembourg vise à décrire le système éducatif luxembourgeois, tout en pointant «les opportunités et défis actuels auxquels il se voit confronté».

Le deuxième rapport sur l'éducation au Luxembourg vise à décrire le système éducatif luxembourgeois, tout en pointant «les opportunités et défis actuels auxquels il se voit confronté».

Editpress/Alain Rischard

C'est un document d'un peu plus de 200 pages que l'Université du Luxembourg a livré au public ce vendredi. Le deuxième rapport sur l'éducation au Luxembourg, après un premier paru en 2015, a été présenté lors d'une conférence de presse. Son ambition est de décrire le système éducatif luxembourgeois, tout en pointant «les opportunités et défis actuels auxquels il se voit confronté».

Découpé en deux parties, «parcours éducatifs» et «multilinguisme et enseignement», le rapport universitaire brosse à la fois les compétences scolaires, l'acquisition de l'écriture, le retour sur investissement dans l'éducation, les manuels scolaires, les compétences linguistiques des enseignants, ou encore les habitudes de lecture bilingue... «Les inégalités sociales et régionales en matière de réussite scolaire, la question relative à l'orientation du fondamental vers le secondaire et aux transitions d'une filière à une autre (...) ainsi que l'enjeu d'enseigner et de favoriser le multilinguisme» restent les grands sujets d'actualité.

Bonnes bases dès le cycle 2

Parmi la mine d'informations, on pourra relever qu'au début de l'éducation formelle (dès le cycle 2), les enfants ont en général acquis de bonnes bases en termes de compétences-clés. Mais des différences apparaissent au début du cycle 3, principalement à l'écrit. Elles sont «liées à la provenance sociale ou au contexte migratoire», l'instruction en allemand représentant un «défi majeur». Les recherches montrent aussi l'influence du multilinguisme, non seulement au niveau de l'enseignement des langues, mais d'autres matières, particulièrement les mathématiques.

Ce multilinguisme influence aussi la lecture. «Les adolescents ne lisent que très peu pour le plaisir, or, ils affirment lire dans beaucoup de langues différentes» est-il observé. Les inégalités scolaires qui découlent d'une maîtrise moins aboutie des langues d'enseignement pourraient être atténuées par «la conception d'un programme de développement linguistique précoce» qui pourrait surtout accompagner «le début de scolarité des enfants ayant un contexte linguistique non luxembourgeois».

(L'essentiel/Mathieu Vacon)

Ton opinion