Voitures en libre-service – Les Lorrains vont se lancer dans l'autopartage

Publié

Voitures en libre-serviceLes Lorrains vont se lancer dans l'autopartage

METZ - Alors que la ville de Luxembourg n'en est qu'au stade de projet, un système de voitures en libre-service sera lancé mi-octobre à Metz et à Nancy. Une initiative qui pourrait s'étendre.

Louer une voiture comme on loue un vélo. Voici l'idée qui verra le jour dans quelques semaines dans plusieurs villes lorraines, dont Metz et Nancy. Objectif: permettre aux utilisateurs d'utiliser un véhicule uniquement en fonction de leurs besoins. «Toutes les études attestent d’une manière désormais différente d’envisager la voiture et son emploi, mentionne Thomas Peignard, président de Lorraine Autopartage, en charge de chapeauter ce système, cité par L'est Républicain. Cela répond à un besoin d’autant plus profond que, sur fond de crise économique, les comportements ont évolué».

Baptisé «Autopi», ce système permettra ainsi de louer une voiture pour un montant compris entre 1,50 et 2 euros de l'heure. Somme à laquelle il faut ajouter les frais d'essence. Soit environ 30 centimes du kilomètre. 17 stations sont ainsi prévues en Lorraine, dont 11 rien qu'à Metz. Mais comme les «Vel'oh» de Luxembourg-Ville, ce système d'autopartage est prévu principalement dans un cadre urbain ou péri-urbain. En effet, la durée maximale de location ne pourra dépasser la journée. De quoi privilégier les petits trajets urbains ou péri-urbains.

Un système différent à Thionville

Une idée que Le Luxembourg souhaite également mettre en oeuvre avec un projet identique, dont les premiers éléments ont été présentés en août dernier. Cependant, les choses semblent moins avancées. «Nos services n'en sont actuellement qu'au stade de l'élaboration du cahier des charges, affirme Astrid Auguston, porte-parole de la Ville. Il est trop tôt pour en parler en détail». Le projet pourrait être dévoilé au début de 2012. À noter que la ville de Thionville, de son côté, envisage, en parallèle à un système identique, la mise en place prochaine d'un autre type de modalité de transport: une plateforme de covoiturage.

«Contrairement à l'autopartage, nous voulons que les utilisateurs de notre système partage réellement un véhicule en se consultant pour aller ensemble d'un point A à un point B, indique Patrick Jacquemot, directeur de la communication de la ville de Thionville, contacté mercredi par L'essentiel Online. Cela pourra se faire gratuitement via un site Internet et/ou une application pour smartphones qui mettront les utilisateurs en relation, où qu'ils soient en Lorraine ou au Luxembourg par exemple.» Le projet devrait être dévoilé au cours de l'automne.

(Jmh/L'essentiel Online)

Ton opinion