Enseignement au Luxembourg – Les lycéens veulent être bons pour l’étude Pisa
Publié

Enseignement au LuxembourgLes lycéens veulent être bons pour l’étude Pisa

DUDELANGE - L’étude internationale Pisa est de retour dans les lycées.

Les élèves du Nic-Biever ont été parmi les premiers à faire Pisa.

Les élèves du Nic-Biever ont été parmi les premiers à faire Pisa.

Editpress

Le début des épreuves de l’étude internationale Pisa, dans les premiers lycées, mardi, était étroitement surveillé. «Je crois que le ministère a été échaudé par les récentes fuites aux examens. Il ne nous a communiqué les infos qu’à la dernière minute», notait Roger Roth, directeur du Lycée Nic-Biever, à Dudelange. Les élèves, qui sortaient par petits groupes des labos informatiques où se déroulaient leurs épreuves en sciences et en maths, n’avaient pas l’air stressés. «Pisa ne compte pas pour notre évaluation de l’année», justifiait Vicky, 15 ans.

Organisée par l’OCDE, Pisa évalue les compétences des jeunes de 15 ans dans 72 pays. Au Luxembourg, 5 400 élèves plancheront. «Comme le critère est l’âge, les élèves sont mélangés. Parmi les plus de 300 dans notre lycée, il y a autant d'élèves du classique que du technique et du modulaire», disait Roger Roth. «Certaines questions étaient faciles mais d’autres touchaient à des matières que nous n’avons pas encore étudiées», expliquait Vicky.

Pour, Loïc, 15 ans, il était important de prendre le temps de faire le test correctement. «Pour l’image du Luxembourg. Nous n’avons pas toujours brillé à Pisa», disait-il. Bettina Böhm, du ministère de l’Éducation nationale, ne veut pas préjuger du résultat. «La dernière fois, nous nous étions améliorés».

(Séverine Goffin)

Ton opinion