Cambriolages au Luxembourg: Les magasins de vélos sont pillés par les voleurs

Publié

Cambriolages au LuxembourgLes magasins de vélos sont pillés par les voleurs

LUXEMBOURG – Les voleurs de vélos se déchaînent depuis des semaines. De part et d’autre de la frontière, au Luxembourg et en Belgique, trois magasins ont été victimes du même type de casse.

par
Louise Grandjean / Frédéric Lambert

Les vols de vélos se multiplient au Luxembourg, et le phénomène prend de l'ampleur. Fin septembre, à Wemperhardt (commune de Weiswampach), à l'extrême nord du Grand-Duché, le magasin Bikerun a été le théâtre d'un nouveau cambriolage. «Un individu est tout d'abord venu en repérage et il a filmé discrètement», explique le gérant, photos à l'appui. «Ils sont ensuite venus voir l'extérieur du magasin. Résultat: une porte fracturée et 20 vélos en moins».

Les posts du même type s'intensifient ces dernières semaines sur les réseaux sociaux. Mi-août, le Giant Store De Vëlosatelier, localisé à Hagen, dans la commune de Steinfort, signalait les mêmes faits. «Le 14 août vers 2h30, les cambrioleurs sont entrés avec une voiture et ils ont pris 18 vélos, pour une valeur totale de 50 000 euros», regrette le propriétaire Philippe Hutmacher. Le constat est tristement identique pour Fréderic Vancraeynest, propriétaire du VF BIKE à Weyler, dans la commune belge d'Arlon. «Dans la nuit du samedi au dimanche 4 septembre, on nous a volé seize vélos pour un total de 70 000 euros», déplore-t-il.

«Tous les vélos ont un numéro de cadre»

Face à cette recrudescence des vols de vélos, les gérants que nous avons rencontrés souhaitent renforcer la sécurité de leurs magasins. Blocs de béton devant la porte, nouvelle alarme et toujours plus de caméras. Géolocaliser les vélos vendus en magasin va également se concrétiser. «C’est en projet, cela permettrait de les retrouver plus facilement», assure Frédéric du VF BIKE. Du coté luxembourgeois, De Vëlosatelier est plus formel: «Le système est commandé».

Quant à savoir si les vélos volés sont rapidement écoulés sur un marché parallèle, les deux vendeurs sont catégoriques. «La revente n'est pas quelque chose de simple, car tous les vélos ont un numéro de cadre», précisent-ils. «C'est presque impossible de les revendre dans notre région, et ce ne sont pas des objets faciles à échanger, car les vols se font fréquemment par 15 ou 20 vélos».

Le Luxembourg en bref

Vous ne voulez rien rater de l'actualité au Luxembourg? N'en perdez pas une miette et retrouvez toutes les informations sur le Grand-Duché en bref dans notre ticker en suivant ce lien.

Ton opinion

30 commentaires