Initiative pour l'été – Les manèges gratuits cartonnent à Luxembourg
Publié

Initiative pour l'étéLes manèges gratuits cartonnent à Luxembourg

LUXEMBOURG - Faute de Schueberfouer, les fêtes de quartiers prennent le relais tout l'été. Aux quatre coins de la capitale, les manèges gratuits font un carton chez les plus petits.

C'est l'improbable événement de cet été à Luxembourg-Ville! Des manèges de quartiers, gratuits, à l'exception de la grande roue payante au parc Kinnekswiss, ont envahi les rues de la capitale. Tous ouverts depuis le samedi 18 juillet, et ce jusqu'au dimanche 13 septembre, force est de constater, ce mercredi 22 juillet, que c'est déjà un véritable carton.

«C'est vraiment génial, car cela ramène dans les rues de la capitale, l'esprit de la Schueberfouer», se félicite Estelle, venue accompagner Édouard et Margot. «Les enfants adorent, c'est vraiment très bien organisé et cela nous permet de découvrir la ville sous un tout nouvel angle. On se balade dans les rues et dès que les enfants voient un manège, on s'y arrête. On attend un tout petit peu et on continue. C'est même l'occasion de faire les boutiques en ville. Si c'était payant, on viendrait quand même. La gratuité, c'est vraiment un très beau geste pour les enfants qui ont vu leurs plaines de jeux fermées longtemps pendant le confinement».

«Ces manèges de quartiers peuvent nous donner des idées pour les prochaines années»

Avec ces nouveaux manèges, Brano, le papa, en voit de toutes les couleurs. Ce mercredi matin, il n'a pas pu y échapper lorsqu'il se promenait en ville avec ses deux jeunes fils Boris et Denis. «Tous les jours, mon fils de deux ans et demi me demande de revenir», avoue cet habitant de Luxembourg-Ville. «On y passe quasi toute la journée et il ne veut même pas partir du petit train situé place d'Armes. C'est une très bonne idée. Pour les parents, c'est même plus facile qu'auparavant, car on sait qu'en les amenant ici, on est tranquilles. Ces manèges sont un des rares effets positifs du Covid-19. Si c'était payant, on n'aurait pas hésité non plus. Mon fils aîné est aux anges et aucun manège ne peut le ravir plus que le petit train. C'est vraiment son truc».

Des réactions extrêmement positives qui réjouissent bien évidemment Patrick Goldschmidt, échevin en charge des fêtes et des marchés. «L'idée de base, c'était de proposer des alternatives aux aires de jeux pour les enfants qui ne peuvent pas partir cet été», rappelle-t-il. «Les manèges gratuits sont nettoyés après chaque tour par les forains qui sont rémunérés par la ville. Compte tenu de la gratuité, les gens en profitent pour acheter une glace ou une friandise aux enfants. Tout se passe bien, mais on va juste adapter l'horaire de fermeture en passant de 22h à 20h. On apprend de cette nouvelle expérience et cela peut nous donner de nouvelles idées pour les années à venir. Avec cette initiative, on est également très content de pouvoir soutenir les forains financièrement. Tout le monde est content et de nombreux touristes nous demandent pourquoi c'est gratuit».

(fl/L'essentiel )

Pas d'alcool vendu près des manèges

C'est le seul point de friction avec les forains et Patrick Goldschmidt le reconnaît. Aucun alcool n'est servi à proximité des manèges. «Je comprends le mécontentement des forains», avoue-t-il, «mais on ne voulait pas attirer les gens qui ne seraient venus que pour boire de l'alcool en quantité. Il faut rester assis, il est donc impossible de se tenir debout à un bar et on ne voulait pas de concurrence avec les restaurants et les cafetiers qui souffrent également de la crise du Covid-19».

Ton opinion