«Les mesures n'amélioreront pas la situation des plus démunis»

Publié

Tripartite au Luxembourg «Les mesures n'amélioreront pas la situation des plus démunis»

LUXEMBOURG - Pour Caritas, les mesures annoncées à l'issue de la tripartite ne sont pas assez ciblées et socialement échelonnées.

par
Marion Chevrier
Pour Caritas, il faut être plus sélectif pour aider les plus vulnérables.

Pour Caritas, il faut être plus sélectif pour aider les plus vulnérables.

«Les mesures annoncées vont probablement calmer la situation dans un premier temps», indique Caritas, dans un communiqué transmis jeudi. «Par contre, elles n'amélioreront certainement pas de manière sensible la situation des personnes les plus démunies de notre société». Parce que «le paquet d'aides annoncé mardi soir, n'est malheureusement pas sélectif sur le plan social».

Et de regretter qu'«on [ait] de nouveau appliqué - comme trop souvent - le principe de l’arrosoir», c'est-à-dire des mesures pour toute la population, alors que «cela aurait été le bon moment de passer de manière résolue des mesures à grande échelle à des mesures d'aides ciblées et socialement échelonnées».

«Sauver les personnes qui n'arrivent plus à joindre les deux bouts»

Pour Caritas, beaucoup ont besoin «d'une aide à court terme qui parvienne rapidement, sans obstacles administratifs (...) échelonnée en fonction des besoins et sans devoir faire de demandes». Trop de gens «ne s’y retrouvent pas et/ou ne savent pas à quoi elles ont droit».

La fondation estime par ailleurs que «la pauvreté énergétique doit aussi être combattue à long terme», rappelant «que les plus pauvres dans notre société sont plutôt des locataires que des propriétaires» et que «les logements loués sont les moins performants en matière d'énergie». Il faut donc «des incitations à la rénovation énergétique» et une «réglementation contraignante qui interdit la location d’objets trop gaspilleurs d’énergie».

Caritas lance en conclusion: «Pendant la crise bancaire, les banques ont été sauvées. Pendant la crise Covid, les entreprises ont été sauvées. Il faut maintenant sauver les personnes qui n'arrivent plus à joindre les deux bouts».

Ton opinion

47 commentaires