Publié

Politique au LuxembourgLes mesures ne passent qu'à une courte majorité

LUXEMBOURG - Les mesures pour faire face à l’épidémie de Covid-19 n'ont été votées que par une très courte majorité, face à une opposition vent debout.

Lors du vote, les députés ont tous suivi leur groupe politique.

Lors du vote, les députés ont tous suivi leur groupe politique.

Julien Garroy

Le temps de l’union sacrée contre la pandémie est terminé, les mesures du gouvernement sont âprement combattues par l’opposition, comme beaucoup de projets de loi habituels. Alors que les principaux textes présentés au printemps bénéficiaient d'un soutien unanime des députés, les nouvelles mesures ont été votées mercredi à la Chambre, par 31 voix contre 29, soit le rapport de force exact entre la majorité et l’opposition. Les motions de l'opposition ont quant à elles été rejetées par 31 voix contre 29, suivant la même logique politique et un même processus immuable.

Les députés ont été disciplinés au sein de la majorité, puisqu’il n’a pas manqué une seule voix. «Il est difficile de produire des textes qui font l’unanimité, même au sein de la coalition, car chacun a sa vision des choses, constate la députée Carole Hartmann (DP). Mais nous trouvons un équilibre entre la santé, les libertés individuelles et l’économie. Il est normal qu’il y ait des positions différentes, mais à la fin, nous votons les textes».

11 amendements du CSV

L’opposition a aussi voté comme un seul homme, contre le texte. «Nous sommes unis et nous défendons tous la même opinion», affirme Martine Hansen, cheffe de file des députés CSV, qui reproche au gouvernement d’avoir «trop attendu pour réagir». Mais pas question de passer pour des irresponsables: «Nous voulons améliorer les choses, il ne s’agit pas d’une opposition systématique». Le CSV a présenté 11 amendements mercredi, demandant la présentation d’une stratégie sur les tests rapides, le renforcement des sanctions pour ceux qui ne respectent pas l’isolement, ou encore le renforcement des transports scolaires et le port du masque dans les zones piétonnes.

Le reste de l’opposition n’avait aucunement l’intention de voter le texte. «Une si courte majorité ne devrait pas pouvoir prendre des mesures aussi restrictives pour les libertés», s’indigne le député Sven Clement (Pirates). Il est rejoint en cela par Fernand Kartheiser (ADR), qui estime aussi que le gouvernement a trop peu consulté. Même sentiment au sein de déi Lénk, où Marc Baum a dénoncé «tout un tas d’incohérences, avec des mesures prises sans base scientifique». Son parti dénonce «la navigation à vue» de l'exécutif.

(Joseph Gaulier/L'essentiel)

Ton opinion