Les millions de Fortis font scandale

Publié

Les millions de Fortis font scandale

Une polémique est née en Belgique, après les révélations sur les émoluments, reçus l'an dernier, par deux ex-dirigeants de la holding financière sauvée de la faillite grâce à l'État.

Le patron actuel de Fortis, Karel De Boeck, a jugé mardi "disproportionnée" l'attention donnée aux rémunérations de Jean-Paul Votron, l'ancien PDG. (dr)

Le patron actuel de Fortis, Karel De Boeck, a jugé mardi "disproportionnée" l'attention donnée aux rémunérations de Jean-Paul Votron, l'ancien PDG. (dr)

Alors que Fortis annonce une perte de record de 28 milliards d'euros en 2008, il y a des chiffres qui passent mal. Jean-Paul Votron a dirigé l'ex-fleuron de la finance du Benelux, Fortis, durant quatre ans, jusqu'à son licenciement en juillet 2008. Il a vu son compte en banque s'enrichir l'an dernier de 6,3 millions d'euros. Plus que la somme connue jusque là, selon le quotidien flamand De Standaard.

Il s'agit notamment d'un "bonus" de 2,5 millions pour avoir conduit le rachat -avorté- de la banque néerlandais ABN Amro et d'une prime de départ de 1,3 million d'euros, auxquels il faut ajouter une prime de 1,9 million pour avoir "apporté de la valeur" au groupe, détaille le journal, qui révèle l'existence de cette dernière prime.

Un projet pour limiter les indemnités de départ

L'ex-directeur financier de Fortis, Gilbert Mittler, a reçu pour sa part environ quatre millions d'euros et "continue à réclamer jusqu'au dernier Euro" des indemnités complémentaires de retraite de 900 000 euros, souligne De Standaard.

Le patron actuel de Fortis, Karel De Boeck, a jugé mardi "disproportionnée" l'attention donnée aux rémunérations de Jean-Paul Votron. "Ces indemnités étaient prévues dans un contrat et l'argent a déjà été payé", a-t-il dit.

En novembre, après une série de scandales, le gouvernement belge avait décidé de limiter à 12 mois de salaire les indemnités de départ des dirigeants d'entreprises, mais ce projet a été retoqué par le Conseil d'État.

lessentiel.lu avec AFP

Ton opinion