Accident au Canada – Les motoneigistes sont morts à cause de leur guide

Publié

Accident au CanadaLes motoneigistes sont morts à cause de leur guide

QUÉBEC/ÉPINAL - L'accident qui a coûté la vie à cinq Français originaire de l'est en janvier 2020, dans un lac du Québec, est dû à une mauvaise décision de leur guide.

D'importants moyens avaient été déployés pour retrouver les victimes.

D'importants moyens avaient été déployés pour retrouver les victimes.

AFP

L'accident qui a coûté la vie à cinq motoneigistes français tombés en janvier 2020 dans les eaux glacées d'un lac du Québec, au Canada, a été provoqué par une mauvaise décision de leur guide québécois, lui aussi décédé dans ce drame, a conclu un rapport des services de médecine légale. Les cinq touristes français et leur guide de 42 ans avaient trouvé la mort le 21 janvier 2020 dans la région du lac Saint-Jean lorsque la glace avait cédé sous leurs motoneiges.

Le groupe de randonneurs à motoneiges était composé de huit touristes originaires de l'est de la France. Trois d'entre eux ont survécu à des blessures légères. Dans son rapport rendu public vendredi, la coroner (fonctionnaire chargée d'enquêter sur des décès) Jessica Tremblay estime que l'accident a eu lieu à cause de la décision du guide d'emprunter un raccourci passant directement sur la glace, un choix effectué «de son propre chef et non en réponse à une demande des autres motoneigistes».

La coroner note que le guide, dont elle souligne qu'il était «expérimenté et formé adéquatement», avait mentionné à plusieurs personnes sur sa route son intention d'emprunter un raccourci. «Il apparaît que la sortie du sentier balisé ne serait pas le résultat d'une erreur, mais bien d'une décision du guide, que les conditions météorologiques ne seraient pas en cause dans l'accident, pas plus que la vitesse ou la condition mécanique des motoneiges», souligne la coroner.

Améliorer la signalisation

«Il ne fait nul doute que le secteur vers où le guide a mené le groupe était à risque», ajoute-t-elle en notant «qu'aucune signalisation n'aurait pu lui permettre de connaître le réel danger» auquel il exposait le groupe et que les motoneigistes ne disposaient pas de moyens technologiques pour communiquer entre eux ou faire appel aux secours.

Jessica Tremblay recommande notamment dans son rapport d'améliorer spécifiquement la signalisation dans le secteur du sentier balisé de la zone où s'est produit l'accident afin d'éviter toute ambiguïté et plus généralement d'installer des panneaux de signalisation dans les endroits où les sentiers balisés se trouvent aux abords de lacs ou de rivières. Elle insiste aussi sur l'importance pour les entreprises de location de motoneiges de fournir aux utilisateurs des équipements de repérage et de communication, ou des balises de détresse.

Elle indique enfin que les cinq motoneigistes français et leur guide sont décédés par noyade.

(L'essentiel/afp)

Ton opinion