Au Luxembourg: «Les motos ont défié la crise»

Publié

Au Luxembourg«Les motos ont défié la crise»

LUXEMBOURG – Quelle est la situation du marché automobile, et moto, au Luxembourg? Manuel Ruggiu, directeur des opérations à la SNCA, répond aux questions de L'essentiel.

par
Mathieu Vacon
Manuel Ruggiu est directeur opérationnel à la Société nationale de circulation automobile (SNCA).

Manuel Ruggiu est directeur opérationnel à la Société nationale de circulation automobile (SNCA).

Monsieur Ruggiu, combien de véhicules ont été immatriculés au Luxembourg en 2022?

Nous avons enregistré 127 386 immatriculations, soit une baisse de 7,4% par rapport à 2021. Parmi elles, nous avons immatriculé 42 094 voitures neuves, alors qu’il y en avait eu 55 008 en 2019, une chute sensible de 23,5%. Parallèlement, nous avons immatriculé 58 633 voitures d’occasion, ce qui correspond au niveau d’il y a une dizaine d’années. En 2022, le parc routier des voitures représentait 444 797 unités, soit une légère hausse de 1,1% par rapport à 2021.

Si on distingue les types de motorisations, qu’est-ce que cela donne?

Les voitures neuves électrifiées ont représenté 43,4% du total des immatriculations, alors que ce pourcentage n’était encore que de 19,8% en 2020. Une constante se poursuit depuis 2018: la motorisation essence (34,6%) creuse l’écart par rapport au diesel (21,9%), en net déclin. La part de marché des voitures pouvant être rechargées avec une prise électrique se situe à 24,4%, soit pratiquement un quart des voitures neuves. À l’inverse, la part de marché des moteurs diesel a chuté à 29,3%, alors qu’elle était de… 73,4% en 2012.

Et au niveau de l’ensemble du parc automobile?

Pour la première fois, l’essence se hisse pratiquement au niveau du diesel, avec 43,7% pour la première, et 45% pour le second. Pensez qu’en 2015, c’était encore 65% pour le diesel, contre 34,1% pour l’essence. Loin derrière, mais en progression, les voitures hybrides représentent 8,2% de l’ensemble du parc (36 473 voitures), et le 100% électrique, 3,1%.

Qu’en est-il des types de carrosseries?

Le marché reste assez stable de ce point de vue. Les voitures break (familiales) (41,5%) et les voitures à hayon arrière (31%) se taillent la part du lion. Derrière, suivent les véhicules à usage multiple (17%), puis les berlines (6,45%) et les cabriolets (2,2%) et coupés (1,9%). C’est un mix qui n’a pas sensiblement évolué au fil des dernières années.

S’agissant des deux-roues motorisés, motos et cyclomoteurs, quelle est la situation?

La donne est un peu différente, surtout pour les motos. La crise n’a pas eu d’impact sur les volumes. Il y a même eu un effet contraire: lors de l’année Covid, en 2021, les immatriculations ont augmenté, et le parc motocycle aussi, et dans une mesure plus importante que le parc automobile. Beaucoup de gens ont certainement profité de la crise pour passer le permis moto et acheter une moto. Concrètement, le parc luxembourgeois est passé de 24 026 motos en 2020, à 26 473 en 2022 (+10,1%).

Le Luxembourg en bref

Vous ne voulez rien rater de l'actualité au Luxembourg? N'en perdez pas une miette et retrouvez toutes les informations sur le Grand-Duché en bref dans notre ticker en suivant ce lien.

Ton opinion

7 commentaires