Reportage au Luxembourg: Les naturistes ont leur terrain secret, tout près de la capitale
Publié

Reportage au LuxembourgLes naturistes ont leur terrain secret, tout près de la capitale

LUXEMBOURG – À une dizaine de minutes de Luxembourg-Ville, les naturistes ont un terrain de loisirs. L'essentiel a ouvert les portes.

par
Nicolas Martin
Les licenciés laissent leur vêtements à l'entrée et veillent à être discrets.

Les licenciés laissent leur vêtements à l'entrée et veillent à être discrets.

Le chemin est sinueux, escarpé et Armand Céolin veille à le tenir secret, «à l'abri des voyeurs». Il nous a demandé de laisser notre véhicule sur un parking d'un village voisin, et se charge de nous conduire.

Après quelques minutes, au coeur d'une forêt, un portail s'ouvre. Là, à seulement dix minutes de Luxembourg-ville, nous voici sur le «terrain de récréation» de l'ASBL Sports et loisirs naturistes Luxembourg (SLNL). Quatre hectares de pelouses fraîchement tondues et de forêts soignées. À faire défaillir un promoteur.

Seuls quelques oiseaux viennent troubler la quiétude des lieux. Clubhouse, terrain de volley, de pétanque, aire de tir à l'arc, piscine, sauna: Armand, retraité et secrétaire de l'ASBL depuis sa fondation en 1981, assure la visite et la leçon d'histoire. Lui a été initié par la famille de son épouse au sud de la France. «A l'époque certains allaient sur un terrain près de Thionville et quelques courageux ont dit on va faire quelque chose au Luxembourg», raconte notre guide.

«Dépravés, exhibitionnistes»

Né sur une ancienne carrière en 1987, le terrain a été métamorphosé et a doublé de surface. Il est entretenu par et grâce aux membres. «260-270 soit environ 160 famillles», selon le secrétaire. Un chiffre qui a un peu faibli avec le Covid et que l'ASBL espère doper lors de ses portes ouvertes ce week-end.

«Il y a une quinzaine d'années, une étude dans les campings naturistes français avait recensé 2 000 Luxembourgeois. Tous ne sont pas licenciés», constate-t-il. Peut-être parfois par crainte de croiser des visages connus dans un si petit pays.

«Pourtant tout le monde est dans le même appareil et reste discret. Ici c'est un Luxembourg miniature, on a toutes les nationalités toutes les catégories sociales même des gens régulièrement dans les journaux», confie le retraité. «Il y a tous les âges aussi, même si c'est plus rare à la puberté».

Les licenciés, laissent leurs vêtements à l'entrée et veillent à être discrets. «Dépravés, exhibitionnistes», Armand Céolin entend régulièrement ces mots au sujet des naturistes. Il s'en défend. «Il y a une pudeur dans le comportement et dans le regard oui mais le corps lui-même ne peut pas être impudique.», estime-t-il décrivant «un art de vivre» et les naturistes comme «les premiers écologistes».

«Quelques-uns viennent courir dans la neige»

«Chez les naturistes la nudité n’a aucune connotation sexuelle. C’est dans notre règlement intérieur, quelqu’un qui s’adonne à des activités sexuelles ou harcèle, c’est l’exclusion immédiate. Les gens qui cherchent autre chose voient vite qu’il n’y a rien à trouver ici et ils ne reviennent plus. On n' est pas un club échangiste, ou de libertinage».

Pierre* a découvert le site par hasard sur internet il y a deux ans. Originaire de Belgique voisine, il vient régulièrement après le boulot. «J’ai été surpris de savoir qu’il y avait un tel terrain, bien grand, bien calme au milieu de la nature. Il est très bien emménagé, entretenu. C’est près du travail. De temps en temps je viens en fin de journée si la météo s’y prête. Cela permet de décompresser», confie l'informaticien. Qui enchaîne «le fait d’être nu apporte une certaine sérénité, plus de liberté d’esprit», juge-t-il. «Les naturistes sont très respectueux. La propreté du site le démontre».

«Le terrain est ouvert 24 h sur 24 de janvier à décembre mais les gens viennent surtout au printemps, note Armand Ceolin. Hormis quelques-uns qui viennent courir dans la neige, l'hiver cela n'a guère d'intérêt». Il ne s'agit pas d'un camping naturiste mais le pays en compte deux. Ce week-end, le site s'ouvrira aux visiteurs mais Armand Céolin veillera au secret des lieux à l'intimité des membres et à connaître «l'identité des visiteurs».

slnl.relpub@pt.lu

Ton opinion

25 commentaires