Dialogue au Luxembourg: Les négociations butent sur le blocage des prix et l'index

Publié

Dialogue au LuxembourgLes négociations butent sur le blocage des prix et l'index

SENNINGEN – Toujours aucun accord n’a été trouvé lundi, au deuxième jour de la tripartite, malgré des heures de négociation.

par
Joseph Gaulier
Les partenaires sociaux ont discuté pendant de longues heures lundi autour de Xavier Bettel.

Les partenaires sociaux ont discuté pendant de longues heures lundi autour de Xavier Bettel.

Editpress/Fabrizio Pizzolante

«Le premier objectif est de réduire l’inflation au minimum possible», a réitéré mardi le Premier ministre Xavier Bettel (DP), à l’issue du deuxième jour de la tripartite, à Senningen. Cet objectif partagé par le gouvernement, les syndicats et le patronat n’a donné lieu à aucun accord, malgré de nouvelles négociations marathon, entamées à 9h et terminées vers 21h30.

Pendant la journée, différentes propositions ont été formulées. D’après Xavier Bettel, elles ont surtout porté sur «la manière de limiter les prix de l’énergie, première source de l’inflation». Un plafonnement des prix a été évoqué, plusieurs seuils étant suggérés. «À chaque fois, il y a des calculs à faire, car nous ne pouvons pas valider un accord non chiffré», reprend Xavier Bettel. Après les négociations de lundi, conclues «sur des dernières propositions du patronat», gouvernement et syndicats ont demandé «un temps de réflexion». Le Premier ministre veut «un accord avec tout le monde», alors que l’OGBL avait refusé celui de la dernière tripartite, en mars.

Bettel «toujours optimiste»

Nora Back, présidente du syndicat, confirme que les discussions ont beaucoup porté sur l’énergie. Mais elle évoque aussi un deuxième sujet, l’indexation des salaires, pierre d’achoppement en mars. «On en revient souvent à cela», a-t-elle lancé, énigmatique, à la sortie des négociations. «Plusieurs fois, nous avons cru être proches d’un accord, avant de déchanter», a-t-elle aussi lâché.

Les discussions reprendront mardi matin. Si elles ne débouchent sur rien de concret, la tripartite ne pourrait reprendre que jeudi prochain, du fait de l’emploi du temps de Xavier Bettel. Il doit en effet partir à New York, puis au Japon, ce qui l’éloigne du pays pendant plus d’une semaine. «Toujours optimiste», le chef du gouvernement espère «un accord de principe mardi», que les partenaires sociaux devront valider de leur côté. «Je suis prêt à signer le texte définitif dès ma descente d’avion», mercredi de la semaine prochaine, promet-il.

63 commentaires