Tripartite au Luxembourg – Les négociations sociales s’annoncent âpres

Publié

Tripartite au LuxembourgLes négociations sociales s’annoncent âpres

LUXEMBOURG – Les syndicats se montrent prudents avant la réunion de jeudi avec le gouvernement sur les propositions de la tripartite.

par
Joseph Gaulier
Les négociations s'étaient étalées sur 13 heures la semaine dernière.

Les négociations s'étaient étalées sur 13 heures la semaine dernière.

Editpress/Julien Garroy

Les propositions de mercredi dernier à l’issue de la réunion tripartite pourraient avoir du mal à se concrétiser. Les syndicats, qui ont tous discuté des propositions émises par le gouvernement, se montrent très réservés à l’égard du report de deux index. «Nous n’avons pas encore assez de garantie, nous ne pouvons pas encore dire "oui" ou "non"», a déclaré le président Patrick Dury, après que le Comité central du syndicat a «passé en revue le contenu des négociations». L’instance a demandé aux responsables de «continuer à négocier afin d’en savoir davantage sur les compensations au report des index».

Même son de cloche du côté de la CGFP. «Clairement, dans le lot des mesures proposées par le gouvernement, c’est la question des compensations accordées suite au saut de l’index qui pose problème», avance Romain Wolff, président du syndicat qui défend les intérêts de la fonction publique. Concrètement, il reproche au gouvernement de raisonner par ménages lorsqu’il évoque les quintiles de revenus. «Nous souhaiterions qu’il fasse référence aux personnes individuelles», ajoute Romain Woff. De son côté, l’OGBL s’apprête à refuser les propositions, d’après RTL.

«Nous n’avons encore reçu aucune réaction officielle», réagit une source au ministère d’État. La réunion prévue jeudi matin avec tous les acteurs s’annonce tendue, comme les négociations marathon de la semaine dernière. Mercredi, des réunions techniques sont prévues au sein des ministères concernés, notamment aux Finances. «Nous ne nous attendons pas à un exercice facile, les tripartites sont aussi faites pour cela», poursuit notre interlocuteur. Il précise que «s’il n’y a pas d’accord avec les partenaires sociaux, le gouvernement le regrettera mais prendra ses responsabilités. Il faudra nécessairement faire quelque chose pour les entreprises et les ménages» frappés par les hausses de prix.

Les partenaires sociaux ne se montrent pas encore satisfaits.

Les partenaires sociaux ne se montrent pas encore satisfaits.

Editpress/Julien Garroy
72 commentaires