Contre Moscou – Les nouvelles sanctions sont entrées en vigueur

Publié

Contre MoscouLes nouvelles sanctions sont entrées en vigueur

Les mesures prises par l'UE contre Moscou sont effectives depuis vendredi matin. Elles visent notamment à limiter le financement de l'économie russe.

L'étau se resserre autour de la Russie. Les nouvelles sanctions européennes contre Moscou, qui visent notamment à limiter le financement de l'économie russe, sont entrées en vigueur vendredi matin, avec leur publication au Journal officiel de l'UE.

Les sanctions bloquent le financement de la dette de trois compagnies pétrolières, Rosneft, Transneft et la branche pétrolière de Gazprom, Gazprom Neft, ainsi que trois du secteur de la défense, OPK Oboronprom, United Aircraft Corporation et Uralvagonzavod. Sont aussi visées neuf entreprises produisant des biens dits à double usage civil et militaire, avec lesquels les Européens ont interdiction de commercer. Dans la liste des 24 personnes russes et ukrainiennes visées par un gel des avoirs et une interdiction de voyager dans l'UE, figurent Sergueï Chemezov, présenté comme un proche du président Vladimir Poutine, un vice-président de la Russie, Youri Vorobiov, plusieurs vice-présidents de la Douma: Vladimir Vasiliev, Ivan Melnikov et Igor Lebedev.

La presse russe dénonce «la guerre des sanctions»

Au moment de l'entrée en vigueur des sanctions, la monnaie russe est tombée vendredi à un nouveau record de faiblesse face au dollar. Le dollar est monté dès l'ouverture des échanges de la Bourse de Moscou au-dessus de son précédent record de jeudi et a atteint peu après 37,72 roubles, du jamais vu. Le rouble baissait aussi face à l'euro et les indices boursiers russes reculaient.

La presse russe réagit vivement à la «guerre des sanctions» entre la Russie et les Occidentaux. «Dans les sanctions, il n'y a pas de trêve», écrit le quotidien Kommersant. «L'UE et les États-Unis introduisent de nouvelles restrictions pour la Russie, elle prépare une riposte». Cette «guerre des sanctions» lancée par les Occidentaux ne va aboutir qu'à «l'élargissement des embargos commerciaux de rétorsion», prévient le quotidien économique Vedomosti. «Toutes les interdictions sont des mesures à double tranchant», lui fait écho le journal Nezavissimaïa gazeta. «Un nouveau round de la guerre des sanctions est là. Et quelque chose nous dit qu'il n'est pas le dernier», souligne la radio Business FM dans un éditorial publié sur son site: «L'économie n'y est probablement pour rien. C'est un échange de coups politiques où personne ne tient compte des conséquences pour soi-même».

(L'essentiel/AFP)

Porochenko veut un «statut spécial» à l'OTAN

Le président ukrainien a dit vendredi qu'il espérait obtenir pour son pays «un statut spécial» auprès de l'OTAN, lors de sa visite aux États-Unis, la semaine prochaine. L'Ukraine n'est pas membre de l'organisation transatlantique.

Petro Porochenko a aussi promis vendredi que la Crimée, rattachée en mars à la Russie, reviendrait dans le giron de l'Ukraine et «pas nécessairement par les moyens militaires».

Ton opinion