Au Luxembourg – Les oiseaux peinent à manger à cause du froid
Publié

Au LuxembourgLes oiseaux peinent à manger à cause du froid

DUDELANGE - Affaiblis et affamés à cause du froid, des oiseaux sont accueillis au centre de soins pour la faune sauvage, à Dudelange.

Au centre de soins pour la faune sauvage de Dudelange, des hérons gris très affaiblis sont actuellement pris en charge.

Au centre de soins pour la faune sauvage de Dudelange, des hérons gris très affaiblis sont actuellement pris en charge.

L'essentiel/Mathieu Vacon

La vague de froid et de neige qui a traversé le pays n’a pas été sans incidence sur la santé des animaux à plumes. «Nous accueillons pas mal d’oiseaux cette année. Ils sont faibles car la terre est gelée, et ils peinent à trouver à manger», remarque Marie Kayser, directrice du centre de soins pour la faune sauvage à Dudelange.

Dans ce petit hôpital pour animaux, soigneurs et vétérinaire s’occupent des bêtes recueillies. «Nous avons reçu sept buses et rapaces en deux semaines, ainsi que des petits oiseaux. Plus que d’habitude», dit la responsable. Le centre a accueilli aussi des hérons gris, encore en convalescence.

De la nourriture spéciale pour les gaver

«D’habitude, quand des hérons arrivent, c’est qu’ils ont été percutés par une voiture ou se sont blessés. Là, on voit qu’ils sont vraiment faibles. Les plus jeunes, s’ils ne savent pas trouver d’autres sources de nourriture que des insectes ou des invertébrés, sont exposés. Les rapaces ont des problèmes pour attraper des souris, qui se cachent sous la terre à cause de la neige».

Quand ils sont reçus, les animaux sont nourris. «On regarde s’ils peuvent se mettre debout et manger seuls, c’est l’idéal, c’est moins de stress. Sinon, nous avons de la nourriture spéciale pour les gaver». Requinqués, ils sont ensuite relâchés dans la nature. Cela peut prendre deux à trois semaines pour une buse, et jusqu’à deux mois et demi pour un héron.

(Mathieu Vacon/L'essentiel)

Comment les aider

Les animaux soignés sont généralement amenés par le public qui les recueille. Pour les petits oiseaux, il suffit de les mettre dans un carton aéré et de les amener.

Pour les rapaces ou les hérons, il faut se munir de gants et être prudent: l’animal, s’il panique, peut chercher à se défendre. Le centre de soins fait aussi appel aux services de secours ou au groupe d’intervention vétérinaire pour aller chercher une bête mal en point.

Ton opinion