Elections communales – Les partis partagés entre soulagement et déception

Publié

Élections communalesLes partis partagés entre soulagement et déception

LUXEMBOURG – Les différents partis politiques du Luxembourg ont réagi de manière différente lundi, au lendemain des élections communales.

Au lendemain des communales, les partis politiques luxembourgeois passaient au débriefing lundi. La plupart des formations ont analysé leurs résultats respectifs dans la matinée ou pendant midi. Avec des bilans contrastés, forcément.

Le CSV, à l’image de son président Marc Spautz, a du mal à cacher sa joie. «Ces élections étaient évidemment un succès!, clame-t-il. Nous avons remporté 209 sièges sur les 600 mis en jeu au scrutin proportionnel». Il se réjouit des cinq majorités absolues (Habscht-Hobscheid, Hesperange, Rambrouch, Clervaux et Bissen), de la «réussite de Serge Wilmes dans la capitale» et surtout de la victoire à Esch-sur-Alzette. «On pensait pouvoir gagner deux sièges, mais on ne s’attendait pas à ce que le LSAP en perde autant», indique-t-il à L’essentiel. D’après Marc Spautz, le parti a eu «la bonne stratégie en misant sur de jeunes candidats».

Situation «paradoxale»

Par la voix de sa présidente Corinne Cahen, le DP s’est déclaré «très content» des résultats. «En attendant la formation des coalitions, nous savourons nos deux majorités absolues (Mondorf et Bertrange)». Concernant la capitale, «on savait que l’on risquait de perdre un siège. Nous sommes satisfaits de rester le premier parti», reprend la ministre de la Famille.

Françoise Folmer, coprésidente de Déi Gréng, se dit «globalement satisfaite» des scores de son parti, «avec une progression de trois points, à 16%, au niveau national, même s’il y a des nuances en fonction des communes». La situation est «paradoxale» à Luxembourg-Ville, puisque malgré davantage de voix, les écologistes pourraient ne plus faire partie de la coalition, même s’ils «espèrent que le DP se tournera» vers eux. Surtout, à Differdange, «Roberto Traversini a réalisé une campagne énorme, de très haut niveau», pour conserver la troisième ville du pays.

«Aucun rapport» avec les législatives

Évidemment, l’ambiance n’est pas à la fête au LSAP, le président Claude Haagen parle de «résultats pas bons du tout». «Le CSV est clairement vainqueur, nous limitons juste les dégâts». Le bourgmestre réélu de Diekirch regrette la perte du bastion d’Esch-sur-Alzette, «que personne n’a vu arriver». Cette perte occulte les bons scores de Dudelange, Diekirch ou encore Mertert.

Tous sont d’accord pour dire que les résultats de dimanche n’augurent rien de ceux des législatives de l’an prochain. «Cela n’a aucun rapport», martèle Corinne Cahen. Claude Haagen veut également croire qu’il n’y a «pas de relation entre les élections au mode de scrutin différent. «Ce sont deux élections différentes», abonde Marc Spautz, qui trouve quand même que les résultats «donnent confiance». De même, Françoise Folmer se réjouit que «les électeurs acceptent de plus en plus Déi Gréng et reconnaissent son travail».

(Joseph Gaulier/L'essentiel)

Ton opinion